La société tunisienne et le pain

par Mohamed Taher Berriri

Thèse de doctorat en Démographie. Sociologie

Sous la direction de Sonia Dayan-Herzbrun.

Soutenue en 2005

à Paris 7 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    En Tunisie, comme dans d'autres sociétés en voie de développement, gagner son pain prend un sens quasi littéral, lorsque les gens parlent des difficultés quotidiennes de la vie, le problème essentiel soulevé est le problème de l'alimentation. Lorsqu'il veulent parler du coût de la vie ils parlent de l'augmentation du prix du pain (El khobza). En effet, le pain est devenu aujourd'hui le principal sujet de conversations des différentes couches sociales à cause de la centralité de la nourriture dans les préoccupations du quotidien, elle est aussi le lieu idéal pour étudier les représentations que développent le citoyen à l'égard du rôle de l'Etat. A cet effet, nous avons essayé, dans notre étude de faire une analyse rétrospective de la place et du rôle du pain dans la société tunisienne, confrontant points de vue de l'époque et points de vue actuels tendant à rénover avec un lien ininterrompu entre un passé tumultueux et un futur ébauché par une mondialisation persistante. Par ailleurs, nous avons tenté de contribuer à l'écriture d'une sociologie historique d'une mutation socioculturelle et socioéconomique concernant le pain en Tunisie son acquisition, sa production, sa distribution, son prix, ses rites, ses implications dans l'ordre social et moral. En effet, aux termes de cette recherche, il s'est avéré que, nonobstant des modes de structuration et de restructuration et des régulations sociales caractéristiques de l'époque à un moment ou face à différents courants, les classes sociales - principalement les classes ouvrières et paysannes outre celles qui sont laissées pour compte - revendiquaient de plus en plus fortement leur intégration sociale et politique au nouvel ensemble sociétaI par le biais, en particulier du mouvement social ; lutter pour son pain quotidien est l'une des facettes de cette revendication. Au cours de cette étude des formes de tensions qui ont engendré de conflits entre Etat et société, dont le pain constituait le leitmotiv essentiel, laissant vivre la société Tunisienne dans une relation entropique, ont été analysées. Il fallait attendre le changement socioculturel et socioéconomique du 7 novembre 1987 pour que cette relation soit transformée en situation de concorde embrassant d'un point de vue général théorique et pratique toutes les formes de solidarité (réciprocité et interdépendance entre les hommes), permettant la capacité sociale de créativité humaine et l'élaboration de tous les modes sociaux de régulation entre les individus et les groupes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (526 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 236 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2005) 012

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8329
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MF 2052
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.