La société tunisienne et le pain

par Mohamed Taher Berriri

Thèse de doctorat en Démographie. Sociologie

Sous la direction de Sonia Dayan-Herzbrun.

Soutenue en 2005

à Paris 7 .


  • Résumé

    En Tunisie, comme dans d'autres sociétés en voie de développement, gagner son pain prend un sens quasi littéral, lorsque les gens parlent des difficultés quotidiennes de la vie, le problème essentiel soulevé est le problème de l'alimentation. Lorsqu'il veulent parler du coût de la vie ils parlent de l'augmentation du prix du pain (El khobza). En effet, le pain est devenu aujourd'hui le principal sujet de conversations des différentes couches sociales à cause de la centralité de la nourriture dans les préoccupations du quotidien, elle est aussi le lieu idéal pour étudier les représentations que développent le citoyen à l'égard du rôle de l'Etat. A cet effet, nous avons essayé, dans notre étude de faire une analyse rétrospective de la place et du rôle du pain dans la société tunisienne, confrontant points de vue de l'époque et points de vue actuels tendant à rénover avec un lien ininterrompu entre un passé tumultueux et un futur ébauché par une mondialisation persistante. Par ailleurs, nous avons tenté de contribuer à l'écriture d'une sociologie historique d'une mutation socioculturelle et socioéconomique concernant le pain en Tunisie son acquisition, sa production, sa distribution, son prix, ses rites, ses implications dans l'ordre social et moral. En effet, aux termes de cette recherche, il s'est avéré que, nonobstant des modes de structuration et de restructuration et des régulations sociales caractéristiques de l'époque à un moment ou face à différents courants, les classes sociales - principalement les classes ouvrières et paysannes outre celles qui sont laissées pour compte - revendiquaient de plus en plus fortement leur intégration sociale et politique au nouvel ensemble sociétaI par le biais, en particulier du mouvement social ; lutter pour son pain quotidien est l'une des facettes de cette revendication. Au cours de cette étude des formes de tensions qui ont engendré de conflits entre Etat et société, dont le pain constituait le leitmotiv essentiel, laissant vivre la société Tunisienne dans une relation entropique, ont été analysées. Il fallait attendre le changement socioculturel et socioéconomique du 7 novembre 1987 pour que cette relation soit transformée en situation de concorde embrassant d'un point de vue général théorique et pratique toutes les formes de solidarité (réciprocité et interdépendance entre les hommes), permettant la capacité sociale de créativité humaine et l'élaboration de tous les modes sociaux de régulation entre les individus et les groupes.


  • Résumé

    As is the case with other societies in developing countries, earning one's bread in Tunisia acquires an almost literal meaning when people talk of the daily difficulties of life. The main issue raised is that of food. The increase in bread (el khobza) prices is the main topic when people talk of the cost of life. It has indeed become the topic of discussion among people from all ranks because of the centrality of food in daily preoccupations. It is also the ideal theme to explore citizen's representations related to the role of the state in this field. I have tried in my research to provide a retrospective analysis of the place and role of bread in Tunisian society, drawing on past and actual points of view seeking to reveal the uninterrupted link between a tumultuous past and a future coloured by a persisting globalisation. In addition, I have attempted to contribute to the writing of historical sociology of a socio-cultural transfer regarding bread in Tunisia: its purchase, its production, its distribution, its prices, its rites and its implications in the social and moral order. In fact, in line with the aims of this piece of research, it has been found out that despite modes of structuration and restructuration and social regulations that are characteristic of the time or in face of different currents, social classes, in particular working and agricultural ones, which were rejected, claimed more and more social and political integration in the new societal entity by means of deviation, most notably by social movement Fighting for one s daily bread is one of the aspects of that claim. In this study, an analysis was made of those forms of tension, which generated a conflict between the state and society, and in which bread constituted the main leitmotiv, leaving Tunisian society in a tense situation. It was a must to wait for the socio-cultural and socio-economic changes of the 7 November 1987 for the situation to be transformed into a situation of concord, embracing tram a general and theoretical point of view all forms of solidarity (reciprocity and interdependence between men), thus allowing social capacity human creativity and the elaboration of all social modes of regulation between individuals and groups.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2017 par A.N.R.T. [diffusion/distribution] à Lille

La société tunisienne et le pain


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (526 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 236 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2005) 012

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8329
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MF 2052
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2017 par A.N.R.T. [diffusion/distribution] à Lille

Informations

  • Sous le titre : La société tunisienne et le pain
  • Détails : 1 vol. (486 p.)
  • Notes : Tirage à la demande par l'éditeur.
  • Annexes : Bibliogr. p. 459-486
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.