Baudelaire et le progrés

par Ryusuke Ebine

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de André Guyaux.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    La croyance au progrès entraîne, selon Baudelaire, trois dégradations solidaires. Baudelaire, qui déploie pour lui-même une énergie créatrice qu'il ne retrouve pas dans la société de son temps, prend conscience du mal qu'implique cette énergie, ce qui suscite en lui un sentiment de culpabilité. Le mal étant inhérent à la nature entière, ce remords témoigne de sa supériorité morale sur les zélateurs du progrès, qui croient à la bonté originelle de l'homme et de la nature. Et en recherchant ceux qui partagent sa déréliction, le poète tente d'établir avec eux une communauté spirituelle qu'il oppose au désordre social du XIXe siècle. La première partie de notre thèse a ainsi pour but d'éclairer le mécanisme par lequel le poète résiste à la société en proie au progrès, dégradée esthétiquement, moralement et socialement. La deuxième partie montre, cependant, que ses résistances finissent toujours par un échec. De même qu'il poursuit l'idéal pour s'apercevoir de son impossibilité, la sympathie qu'il ressent pour autrui s'effondre au moment où il rencontre son image véritable. Devant l'impasse de la résistance, il n'y a pas de solution définitive, mais une répétition perpétuelle. La troisième partie étudie ses réactions à l'art de son époque. En précisant ses relations avec les tendances artistiques, notamment avec l'art progressiste et le réalisme, nous constatons que son hostilité au progrès se reflète dans sa propre activité poétique et critique.

  • Titre traduit

    Baudelaire and progress


  • Résumé

    To Baudelaire belief in progress entails three forms of degradation which are inseparable. While he exercises a creative energy hard to find in modern society, he is also conscious of the Evil which this involves, and which awakens in him a feeling of guilt. But because to him the Evil is inherent in the whole of Nature, this sense of remorse confirms his moral superiority over the partisans of progress, with their faith in the original goodness of Man and Nature. Seeking like-minded spirits who share his sense of dereliction, the poet attempts to establish with them a harmonious community which he contrasts with the social disorders of the nineteenth century. Thus the first part of this treatise aims to clarify the ways in which the poet resists a society besotted with progress, aesthetically, morally, and socially degraded. The second part, however, demonstrates that this resistance always ends in failure. As his pursuit of the ideal only leads to a realization of its impossibility, so the sympathy which he feels for others breaks down the moment he encounters their true image. In the face of this dilemma of resistance, there is no ultimate solution, only a perpetual repetition. The third part examines his reactions to the art of his age. By scrutinizing his relations with the artistic developments of the age, especially progressivist art and realism, one can trace how his hostility to progress is reflected in his own poetic and critical practice.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (491 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 525 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6021

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7857
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.