Corps et discours dans les Novelas ejemplares de Cervantes : organicité, dislocation

par Christel Lapisse-Sola

Thèse de doctorat en Études ibériques

Sous la direction de Jean-Pierre Étienvre.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    La présente étude cherche à dégager, dans le recueil des Novelas ejemplares de Cervantès, la façon dont le thème du corps informe le discours. La matrice de motifs que constitue le prologue fait la part belle aux mentions du corps, dans une oscillation où l'imaginaire de l'unité alterne avec des représentations de la dislocation. Notions corollaires, visibilité et invisibilité du corps sont aussi en jeu, à une époque où le règne du visible s'établit, en Espagne, à travers la prolifération des images. A partir de la double polarité mise à jour dans le prologue, ce travail tente de montrer, dans les nouvelles, les rapports entre les représentations du corps des personnages et leur discours. Les apparitions du corps humain, glorieusement beau ou frôlant le monstrueux, défini en ses contours précis ou bien atténué par l'indétermination, constituent un défi pour le langage. Elles mettent l'intrigue en suspens pour instituer le regard en maître. Image traditionnelle de l'organicité, fait de parties distinctes intégrées à un ensemble, le cosmos est examiné comme une analogie du corps tel qu'il est conçu à l'époque de Cervantès. Il s'agit aussi, par cet examen de la " matière cosmique ", de toucher le grain de l'univers sensible des Novelas. La forme-recueil n'échappe pas à un investissement rhétorique par le motif du corps. La conception cervantine de la compilation est, en effet, marquée par l'image frappante de la " pepitoria ". Puis la métaphore du " pulpo " et de ses tentacules, dans El coloquio de los perros, exprime la plasticité d'un langage narratif fondé sur le surcroît, sur le refus de la clôture malgré les contraintes d'un genre - la nouvelle - qui n'admet pas de suite. Ce discours " disloqué " tente ainsi de s'approcher, au plus près, du dévidement infini de la vie même.

  • Titre traduit

    Body and discourse in Cervantes's Novelas ejemplares : organicity, dislocation


  • Résumé

    This study explores the way in which the theme of the body permeates the discourse in Cervantes's Novelas ejemplares. There are countless references to the body in the network of motifs contained in the prologue, ranging from images of unity to representations of dislocation. The ancillary issues of the visibility and the invisibility of the body also come into play, at a time when there was a proliferation of images in Spain and the visible came to predominate. Based on the double polarity exposed in the prologue, this study attempts to unveil the relationship between the representations of the characters' bodies and their discourse in the short stories. The occurrences of the human body, either glorious in its beauty or verging on monstrosity, precisely delineated or indeterminate, defy the language. They suspend the narration in order to give eyesight pride of place. The cosmos, being made up of distinct parts belonging to a whole, is a traditional image for organicity, and is here examined by analogy with the body, as the latter was conceived at the time of Cervantes. Studying the “cosmic matter” is a way to touch the grain of the physical world in the work. The collection as a form is also rhetorically impregnated with the body as a motif. Indeed Cervantes's presentation of his compilation is marked by the striking image of the “pepitoria”. The “pulpo” metaphor, in El coloquio de los perros, offers another metadiscursive as well as corporeal vision of language. It expresses the plasticity of a narrative discourse based on “surfeit”, its refusal of endings, its constant wish for continuing itself in spite of the necessity for neat denouements imposed by the “novela” genre. Cervantes tends to copy, through this dislocated discourse, the endless displaying of life itself.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (488 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 258 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6317

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9295
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.