La fondation des bibliothèques publiques dans l'Antiquité gréco-romaine (du VIe s. Av. J. -C. Au IVe s. Ap. J. -C. ) : aspects et rapports entre politique et culture à Athènes, dans les capitales hellénistiques et à Rome

par Thomas Lesné

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Jean-Jacques Maffre.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    Après la réalisation de grands projets comme la Bibliothèque Alexandrina et la Bibliothèque nationale de France François Mitterrand, il nous a paru pertinent de s'intéresser aux bibliothèques publiques durant l'Antiquité. Aussi avons-nous examiné avec soin celles qui furent créées par les tyrans athéniens du VIe s. Av. J. -C. , par les souverains hellénistiques et par les empereurs romains. Nous avons alors vérifié si elles étaient bien publiques. Ensuite, en e��tudiant les profils de leurs bienfaiteurs et les ressorts qui présidèrent à leur création, nous avons pu conclure qu'il s'agissait de bibliothèques d'Etat. Nous avons enfin constaté qu'elles répondaient principalement aux intérêts de la Nation et du régime et qu'au regard des motivations de leurs fondateurs, la culture se subordonnait au pouvoir. Ainsi étaient-elles davantage des instruments politiques que des institutions réservées exclusivement au développement culturel.

  • Titre traduit

    ˜The œpublic libraries's foundation in greco-roman Antiquity (from the 6th century B. C. To the 4th century A. D. ) : aspects of the relations between policies and culture in Athens, in the hellenistic capitals and in Rome


  • Résumé

    After the realization of great projects such as the Alexandrina Library and the François Mitterrand French national Library, the case of public libraries in Antiquity has been thought to be relevant. We therefore have precisely studied the public libraries which were created by the Athenian tyrants of the 6th century B. C. , bythe hellenistic sovereigns and by the Roman emperors. We then checked if they really were public libraries. Afterwards, in studying their benefactors' profiles and the motivating forces leading to their creation, we have been able to conclude that these libraries were, in fact, state ones. We eventually observed that they mainly served the Nation's and the system of government's interest, and that, seen from the motivations of the libraries'founders, culture was subordinated to power. THus, they were rather political instruments than institutions exclusively devoted to cultural development.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (407 p.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury. Thèse non reproduite
  • Annexes : 397 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : BUT 6300
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.