Les théories explicatives de la magie : les sciences sociales à l'épreuve d'une croyance collective

par Pascal Sanchez

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Raymond Boudon.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    La magie constitue un champ d'observation intéressant pour étudier les mécanismes explicatifs des théories dans un domaine aussi fondamental que la compréhension des croyances collectives. En première lecture, les débats qui ont agité l'anthropologie et la sociologie font apparaître une constellation de positions diverses. En fait, cette complexité est apparente, dans la mesure où la magie a suscité trois interrogations majeures. La première porte sur la définition de la magie élaborée en fonction de la religion et de la science. La seconde concerne les différentes fonctions psychologiques, sociales et cognitives exercées par la magie. La troisième a pour objet d'identifier les conditions de la variation, dans le temps et dans l'espace, des croyances magiques. Ces débats fournissent ainsi un fil conducteur et offrent la possibilité de comparer le pouvoir explicatif de théories confrontées à une croyance apparemment irrationnelle. Parmi les diverses expressions adoptées par l'anthropologie et par la sociologie, une seule semble apte à répondre aux critères d'une bonne théorie. Expliquer la magie, c'est restituer les raisons qui amènent des croyants à adhérer à des représentations subjectivement fondées, c'est donc restituer un point de vue qui conduit un croyant à se convaincre de la cohérence et de la validité empirique de ses représentations. Cette approche de la croyance magique est notamment perceptible dans les écrits d'Emile Durkheim, de Max Weber et d'E. E. Evans-Pritchard, écrits qui combinent une ample description du contexte dans lequel la magie s'insère à une analyse fine et complexe des facteurs cognitifs concourant à l'adhésion à cette croyance.

  • Titre traduit

    ˜The œexplanatory theories of magic : social sciences confronted by a collective belief


  • Résumé

    Magic makes up an interesting range of observation in order to study the explanatory mechanisms of the theories in a field that is as fundamental as the understanding of collective beliefs. At first reading, the disputes which have stirred anthropology and sociology circles reveal a myriad of miscellaneous, even contradictory opinions. Actually, this complexity is apparent in so far as magic has roused three major questions. The first one is concerned with the definition of magic worked out in relation with religion and science. Then the second bears on the different psychological, social and cognitive functions which magic exerts on people. The third one aims at identifying in what conditions of time and space magical beliefs change. Thus these debates provide a leading thread and offer the possibility to compare the explanatory power of theories with an apparently irrational belief. Among the various formulations taken up by anthropology and sociology, only one seems to be able to meet the criteria of a good theory. Explaining magic is to restore the reasons which lead believers to adhere to subjectively founded representations, is then to restore a point of view which leads a believer to convince himself of the consistency and the empirical validity of his representations. This approach to magical belief can be especially detected in the writings of Emile Durkheim, Max Weber and E. E. Evans-Prichard; these writings associating an extensive description of the context in which magic is inserted to a sharp and complex analysis to the cognitive factors contributing to bringing people to this belief.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (749 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 526 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6255

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8701
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.