The maiden of the straits : Scylla in the cultural poetics of Greece and Rome

par Marianne Govers

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Charles de Lamberterie et de Gregory Nagy.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .

  • Titre traduit

    ˜La œchienne du détroit: Scylla dans l'imaginaire grec et romain


  • Résumé

    Dans l'imaginaire des Grecs et des Romains, Scylla est un monstre qui combine des éléments canin, féminin, et marin. Ce travail analyse les différentes peurs qu'elle vint à incarner dans la littérature et l'iconographie antiques ainsi que les métaphores qui les unissent symboliquement et donnent au développement de la figure sa cohérence à travers époques et genres. On montre en particulier que trois modèles — le monstre dévorant, la femme fatale et la jeune fille nubile — sous-tendent nombre des représentations de Scylla et que tous trois impliquent un passage difficile, qu'il s'agisse de la gueule d'un prédateur, du sexe féminin ou de la transition vers l'âge adulte. À partir de l'exemple de Scylla sont abordées des questions théoriques plus larges comme celles de la relation entre textes et images, de la pertinence des concepts de " mythe " et de " figure mythique ", et du rôle de la sexualité dans les représentations de la monstruosité.


  • Résumé

    In ancient Greek and Roman cultures, Scylla is a sea-monster that usually combines – albeit in manifold ways – features of a dog, a woman, and a fish. Through a close study of her representations in texts and images, this thesis analyses the fears that Scylla comes to embody in various sources as well as the metaphors that connect those fears and secure the coherence of her development across time and genres. In particular, it is argued that three models underlie many of Scylla's representations – the rapacious sea-monster, the sexually aggressive woman, and the bride-to-be – and that they all involve a narrow and potentially dangerous passage, be it the throat of a predator, the female genitals, or the transition into womanhood. By focusing on a specific figure of Greek and Roman mythology, the thesis sheds light on current theoretical debates including the relation between texts and images, the relevance of the notions of “myth” and “mythical figure,” and the role of gender in representations of monstrosity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (215 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 277 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6246

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8654
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 1061
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.