Ecriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Age : Le Petit Artus de Bretagne, Méliador, Ysaïe le Triste

par Anne-Cécile Le Ribeuz-Koenig

Thèse de doctorat en Littérature française médiévale

Sous la direction de Jacqueline Cerquiglini-Toulet.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    Trois romans arthuriens écrits au XIVème siècle, Le Petit Artus de Bretagne, Meliador, Ysaïe le Triste, constituent le miroir d'une prise de conscience du fait littéraire dans sa dimension écrite, réflexive et figurative, à la fin du Moyen Age. La première partie s'attache à l'étude des scènes de réception : la réévaluation de l'écrit, du sacré à l'artisanat humain, s'accompagne d'une modification des pratiques de lecture, qui évoluent insensiblement d'une réception collective, oralisée, à une réception individuelle, silencieuse et méditative. La deuxième partie explore ces romans arthuriens comme réception des traditions, du point de vue de la topique, comme du point de vue des références voilées à l'actualité, et définit le romanesque comme un jeu virtuose d'allusions intertextuelles et contextuelles. La dernière partie s'intéresse à la mise en page et en image des manuscrits et imprimés, et expose un contrat de lecture mouvant : au XIVème siècle, les manuscrits révèlent une connivence entre l'écrivain virtuose et son public attentif au jeu sur les traditions ; aux XVème et XVIème siècles, les manuscrits et imprimés deviennent le support d'une réflexion instructive.

  • Titre traduit

    How novels are written and read at the end of the Middle Ages : Le Petit Artus de Bretagne, Méliador, Ysaïe le Triste


  • Résumé

    Three Arthurian novels written in the 14th century, Le Petit Artus de Bretagne, Meliador, and Ysaïe le Triste, demonstrate clearly the growing awareness of literary creation and its written, reflective and figurative aspects which occurred at the end of the Middle Ages. The first part examines how written and illustrated works were received in the novels. A re-evaluation of writing, whether sacred or profane, was accompanied by changes in reading practices, which moved gradually from a collective oral tradition to an individual, silent and meditative practice. The second part explores the three Arthurian novels as a receptacle for traditions, and defines the novel as a skilled symphony of contextual and inter-textual references. The third and final part focuses on the layout and illustration of manuscripts and printed works, and shows how the relationship between the reader and writer changes : in the 14th century, the manuscripts reveal a complicity between a skilled writer and his audience, who are very aware of his playful manipulation of traditions ; in the 15th and 16th centuries, the manuscripts and printed works can be seen as a tool for instructive and reflective reading.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (758 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 640 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6186

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8356
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.