Du texte à l'oeuvre : la question de l'expression dans les méthodes de piano publiées en France entre 1800 et 1840

par Jeanne Roudet

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Jean-Pierre Bartoli.

Soutenue en 2005

à Paris 4 .


  • Résumé

    Entre 1800 et 1840, le problème central qui émerge du discours didactique est celui de l’expression, mot-clé du vocabulaire des musiciens. Les pédagogues manient le concept avec une conviction qui témoigne de son solide arrimage théorique. La première partie de cette thèse est consacrée aux présupposés esthétiques dont la présence impose un détour obligé par les textes contemporains dévolus à cette discipline. La deuxième partie interroge la relation qui se construit entre le compositeur et l’interprète. Elle entraîne le questionnement des musiciens sur la production du son, sa nature, son contexte, sa signification. Savoir-faire implicitement enseigné, la lecture des textes musicaux est l’objet de la troisième partie. Envisagée comme un système sémiotique à part entière, la notation musicale telle qu’elle est décrite dans les traités permet d’identifier des clefs significatives de lecture stylistique. Ces résultats justifient l’étude de ce corpus non pas du point de vue de l’histoire de la didactique uniquement mais aussi et surtout du point de vue de l’esthétique.

  • Titre traduit

    From text to work: the question of expression in the piano tutors published in France between 1800 and 1840


  • Résumé

    Between 1800 and 1840, the central problem for musicologists which arises from the study of the didactic discourse is that of « expression », the key-word of the musicians of this period. They consider this concept with a conviction that testifies to its solid anchoring in the theorical. The first part of this thesis is devoted to the aesthetic presuppositions which, by their very presence in the texts, call for an obligatory study of the contemporary works devoted to aesthetics. The second part raises questions about the relation which begins to develop between the composer and the artist. This relation in turn leads to the questions posed by the musicians concerning the production of sound, its nature, its context, its meaning. The reading of the musical texts, a skill taught only implicitly, is the subject of the third part of this thesis. Musical notation as viewed in the treatises, and as seen as a semiotic system apart, allows for the identification of significant keys to the understanding of stylistic reading. These results justify the study of this corpus not simply from the perspective of the history of didactics, but also from the point of view of aesthetics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (909 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 326 références bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 6066/1-2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9477
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.