Pour une poétique du dialogue dans le théâtre négro-africain d'expression française

par Klognimban Dominique Traoré

Thèse de doctorat en Études théâtrales

Sous la direction de Jean-Pierre Ryngaert.

Soutenue en 2005

à Paris 3 .


  • Résumé

    A travers ses modes de fonctionnement, le dialogue permet de percevoir toute la dynamique de la dramaturgie négro-africaine d'expression française. Il relève d'une parole théâtrale qui s'analyse parfaitement à la lumière des théories linguistiques, notamment des pragmatiques " énonciative ", " illocutoire " et " conversationnelle ". Si le système énonciatif que mettent en oeuvre les écrivains noirs francophones présente parfois quelques spécificités, rien ne le distingue fondamentalement des modèles européens et français dont il a été inspire�� à l'origine. Comme en Occident et certainement partout ailleurs, la configuration du dialogue est fonction des auteurs et des époques. Tandis que les pionniers du théâtre négro-africain moderne, né dans le courant des années 1930 (Aimé Césaire et Bernard Dadié) construisent la majorité de leurs pièces sur la base d'une architecture classique des répliques "les enfants terribles" des dramaturgies d'aujourd'hui, celles des années 1990 et 2000 (Koffi Kwahulé, Kossi Efoui) inscrivent leur poétique du dialogue dans la contemporanéïté. Avec eux s'amorce une écriture des écarts qui implique une autre approche de la réception. Entre ses deux générations se positionnent les écrivains de la post-négritude : Bernard Zadi Zaourou, Wèrèwèrè Liking et Maryse Condé. Dans les années 1980's, ils élaborent à l'intérieur de leur texte un circuit de la communication théâtrale calqué sur celui de la parole ternaire africaine. Il s'ensuit qu'au-delà de cette étude des systèmes dialogiques caractérisant la jeune histoire du théâtre négro-africain d'expression française, c'est la problématique de l'identité de ce théâtre qui resurgit. Une identité que l'on ne peut plus enfermer dans l'impasse de " l'authenticité africaine " et qui ne saurait se définir de façon univoque.

  • Titre traduit

    For a poetics of dialogue in the negro-african theatre of French expression


  • Résumé

    Throughout its operating modes, dialogue makes it possible to perceive all the dynamics of negro-african dramaturgy of French expression. It consists of a “theatrical speech” that can be thoroughly analyzed in the light of linguistic theories namely “enunciative”, “illocutary” and “conversational” pragmatics. If the enunciative system that implement French-speaking black writers sometimes shows certain specificities, nothing basically distingues it from the European and French models of which it was originally inspired. As in the western world and certainly everywhere else, dialogue configuration varies according to writers and periods. Whilst the pionners of contemporary negro-african dramaturgy, born in the current 1930's (Aimé Césaire and Bernard Dadié) build most of their plays according to the classical architecture of replies, the “terrible children” of today's dramaturgy, those of the years 1990 and 2000 (Koffi Kwahulé, Kossi Efoui) place their dialogue poetics in contemporaneity. With them appears a new stylistics that one can qualify as “une écriture des écarts” which implies a new receptiveness approach. Between these two generations come the writers of the post-negritudian era : Bernard Zadi Zaourou, Wèrèwèrè Liking, Maryse Condé. In the 1980's, they elaborate in their scripts a network of theatrical communication copied on that of the african ternary speech. It follows that beyond this study of the dialogical system characterizing the young history of the negro-african theatre of French expression, it's the problematic of that particular theatre which is brought forward. An identity that one can no longer lock up in the deadlock of “african authenticity” and which could not be defined in a univocal way.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (566 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 506-555. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8706
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.