Réflexion sur la traduction arabe de l'oeuvre romanesque d'Amin Maalouf, écrivain libanais d'expression française : migration ou rapatriement de l'oeuvre littéraire

par Nahla Baydoun

Thèse de doctorat en Langues et civilisations orientales

Sous la direction de Jean-Patrick Guillaume.

Soutenue en 2005

à Paris 3 .


  • Résumé

    A partir d'une étude comparée basée sur une expérience personnelle des traductions arabes de trois romans d'Amin Maalouf, écrivain libanais d'expression française, cette réflexion traductologique explore la traduction au-delà de l'antinomie classique entre ethnocentrisme et décentrement qu'implique une méthode de traduction partagée entre la naturalisation et le dépaysement, la source et la cible. Cette réflexion envisage la transplantation de l'œuvre francophone dans son milieu nourricier dans le cadre d'un projet de traduction qui repose sur le rapatriement. Par sa visée conciliatrice, le rapatriement engage le traducteur à saisir le métissage caractéristique de l'écriture francophone pour aménager son retour vers la langue matricielle. Il est doublé d'une migration concomitante qui ramène un style singulier développé au carrefour de deux langues-cultures, le français adoptif et l'arabe maternel. La stratégie rapatriante apporte un nouvel éclairage aux notions d'identité et d'altérité en plaçant le traducteur face à l'épreuve du familier. Cette épreuve consiste à savoir recueillir la mêmeté culturelle du texte et à rapporter son étrangeté scripturale, à reconstruire pour le récepteur du texte traduit les ingrédients de sa propre culture tout en lui véhiculant une poétique francophone cultivée dans la rencontre entre deux mondes linguistiques et culturels.

  • Titre traduit

    Reflection on the Arabic translation of Lebanese Francophone writer Amin Maalouf's novels : migration or repatriation of the literary work ?


  • Résumé

    Through a comparative study, based on a personal experience, of the Arabic translations of three novels by Lebanese-born francophone writer, Amin Maalouf, our research explores translation beyond the classical dichotomy between ethnocentrism and decentrement that a translation method divided into domesticating and foreignizing, source and target implies. This reflection considers the transplantation of a francophone literary work into the author's native culture in the framework of a translation project centred on repatriation. Thanks to its conciliatory purpose, repatriation enables the translator to understand hybridization which is a key feature of francophone literary prose in order to bring this prose back to the author's matrix tongue. It is doubled with a simultaneous migration conveying an individual style developped at the crossroads of adoptive French and native Arabic. By placing the translator face to face with the trial of the familiar, the repatriating strategy sheds light on the concepts of identity and alterity. This trial consists of bringing back cultural Sameness as well as stylistic Otherness. It also reconstructs for the translated text's receptor the ingredients of his/her own culture while conveying a francophone poetics based on the encounter of two linguistic and cultural worlds.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (529 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 494-509. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8631
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.