L'acteur et ses doubles selon Peter Brook et Ariane Mnouchkine

par Harbeen Arora

Thèse de doctorat en Études théâtrales

Sous la direction de Georges Banu.

Soutenue en 2005

à Paris 3 .


  • Résumé

    Ariane Mnouchkine et Peter Brook semblent être aujourd'hui deux figures incontournables du théâtre contemporain. Mais au-delà de leur renommée individuelle, c'est l'écho du travail de l'acteur qui va retenir ici notre attention. L'acteur en formation, à travers cette étude comparative, va osciller entre trois dimensions : interprète, créateur et être. En observant les nuances de cette triple dimension, une nouvelle orientation du théâtre moderne se joue chez nos deux metteurs en scène autour de quatre voies communes : le dialogue avec les cultures étrangères, la valorisation de la troupe, la quête de l'universel et l'influence de l'Orient. Fort de ces quatre initiations communes, l'acteur va voir son jeu notablement muer. Il va donc s'agir de capter ces moments de nouvelles énergies qui ne cessent de naître aux confluents des nouvelles vagues venant des deux côtés de la Manche, et qui deviennent, bien que de façon éphémère, des moments de grâce pour cet acteur en apprentissage. Lorsqu'on se penche sur ces doubles émergeants de l'acteur, " féminin " pour Mnouchkine, " androgyne " pour Brook, on est irrémédiablement entraîné au-delà du simple patrimoine occidental vers des horizons plus vastes, universels, aux confins de l'Ailleurs. Pour mettre en évidence une éthique analogue du travail du comédien chez les deux créateurs, une mise en parallèle singulière semble devoir s'établir entre, d'un côté la conception théâtrale de Brook et la pensée indienne, et de l'autre la pratique de Mnouchkine avec l'éthique japonaise. Cette double adéquation : Mnouchkine/Brook et Brook/L'Inde– Mnouchkine/ Le Japon, au-delà d'un cheminement parallèle, présente avant tout une continuité ascensionnelle où ici le discours de Mnouchkine ne serait que cet aspect plus pédagogique de celui de Brook, tout en lui servant d'échelon psychique indispensable. Mais le mouvement, loin de s'arrêter, n'est que transhumance infinie, puisque tous deux dans leurs démarches tendent à imposer cette élévation de " trans ", cette recherche ininterrompue du théâtre et de l'acteur lui-même, tout comme Artaud l'avait fait au siècle précédent, lorsqu'il impulsait l'enivrement de la " transe " comme paradigme théâtral.

  • Titre traduit

    The actor and his other self : the work of Peter Brook and Ariane Mnouchkine


  • Résumé

    In the context of European contemporary theatre, Ariane Mnouchkine and Peter Brook are indeed names to reckon with. Yet, this study goes beyond the individual recognition of each. Here, it is rather the echo of their interconnected work on the actor that is of interest. By comparing the approaches of Brook and Mnouchkine, this study will reveal that the actor-under-training today is oscillating between three dimensions: Translator, Creator and Being. As the nuances of this triple dimension are observed, especially in the context of four common axes that characterize the work of these two directors – the dialogue with foreign cultures, the valorization of the troupe, the quest of the universal and the influence of the Orient – a new orientation in the work of the modern actor seems to come into play. Under the sway of the above-mentioned forces, the actor's performance transforms. Evidently, while traversing the poetico-theatrical paradigm of our two practitioners, the actor-student experiences rare moments of renewed energy, otherwise called moments of grace. This study aims to capture the genesis of this creative state. The doubles of the actor that thus emerge – " femininity " for Mnouchkine and " androgyny " for Brook – take us irremediably beyond the simple heritage of the Occident, and toward larger (and universal) horizons that reach out to the Other, the Distant. To demonstrate an analogous discipline of actor-training in the work of these two theatre directors, a rapprochement has been suggested between the theatrical conception of Brook and the Indian/Hindu thought, on the one hand, and between the theatrical practice of Mnouchkine and the Japanese/Buddhist spirit, on the other. Apart from representing a parallel trajectory, this double concordance, Mnouchkine/Brook and Brook/India – Mnouchkine/ Japan, seeks to present above all a relationship of continuity in contiguity: wherein the Mnouchkien praxis reveals itself to be the twinning pedagogic aspect of Brook's discourse, nourishing it in indispensable ways. Finally, just as Artaud had envisaged the elevation of the transe as an integral part of the new theatrical paradigm, similarly, the practices of Brook and Mnouchkine have provided to the modern actor the elevation of trans: the uninterrupted research of the theatre and of oneself in infinite transhumance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (295 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 277-295

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Théâtrothèque Gaston Baty (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : D4 370

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 8717
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.