Le modèle juridique de la chevalerie dans les romans courtois arthuriens des douzième et treizième siècles

par Sylvain Ferrieu

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de François Vallançon.

Soutenue en 2005

à Paris 2 .


  • Résumé

    La chevalerie a été étudiée dans l'optique historique, littéraire, poétique, mais jamais comme une instance juridique à part entière. Or cette institution s'inscrit dans la théorie juridique en tant que modèle de droit. L'adjectif chevaleresque désigne un comportement juste et moral ; ceci est dû à un mouvement sans précédent relevant de la pensée politique, initié au XIIe siècle par l'Eglise, observable dans les ordres militaires mais surtout dans les romans courtois comme la légende arthurienne. Le modèle qui fait du guerrier le garant de la justice et le défenseur des opprimés est l'aboutissement d'un projet de société encore peu étudié par les historiens et les juristes. Cet Idéal est fondé sur les principes classiques de la philosophie du droit, la distinction aristotélicienne des biens extérieurs, où l'honneur occupe une place essentielle et récompense les Hauts Faits des chevaliers, des prouesses justes. Le chevalier agit pour le bien commun et le rétablissement de la justice, devenant le champion du droit, défenseur de la cause juste et des bonnes coutumes dans toutes les situations, et notamment dans le procès et le duel judiciaire. La Justice médiévale répond aux critères du droit naturel classique ; une nature qui, dans la doctrine chrétienne, suit le plan de Dieu. Ces principes de philosophie du droit éclairent la rôle du modèle chevaleresque, représentant l'" Ars boni et aequi ", l'art du Bien et de l'Equitable. Le chevalier idéal, acteur social et exemple moral, illustre la primauté de l'honneur et de la justice, marquant ainsi une période importante, et encore mal connue, de la pensée politique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol (934 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 896-924

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : G/DT2005-56,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : G/DT2005-56,2
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : G/DT2005-56,3
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/T2005-56,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/T2005-56,2
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/T2005-56,3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.