Ius Latinum : le concept de droit latin sous la république et l’empire

par David Kremer

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Michel Humbert.

Soutenue en 2005

à Paris 2 .


  • Résumé

    Cette thèse étudie le droit pendant les sept siècles de son existence. Apparu au Ve siècle av. J. -C. , il disparut en 212 ap. J. -C. , quand tous les pérégrins de l’empire furent finalement faits citoyens romains. Le recours à la documentation archéologique a permis de faire une analyse nouvelle des difficultés retenues par l’historiographie antérieure. Quant à l’étude chronologique sur la longue durée, elle a révélé que le droit latin, inventé par Rome, fut plusieurs fois modifié par elle pour s’adapter à des situations nouvelles : au fond, la condition latine servit à préparer des peuples de culture différentes à entrer dans la cité romaine ; aussi peut-on dire que le droit latin fut l’instrument pacifique de l’intégration progressive des peuples soumis dans la cité mère. Le droit latin était toujours octroyé à des collectivités et cette concession entraînait pour les communautés bénéficiaires l’adoption d’institutions de type romain, tant privées que publiques. Cette thèse montrera qu’il est impossible d’imaginer le droit latin en-dehors d’un cadre urbain : on ne saurait, notamment, en faire une espèce de privilège personnel. C’est l’adoption du modèle urbain romain par des communautés de statuts divers qui sera le vecteur de leur assimilation. A partir de la fin de la république, Rome sut exporter la condition latine lors de l’Italie et l’utilisa pour assimiler à leur tour les provinces occidentales de son empire, processus qui aboutit à la naturalisation générale de 212 ap. J. -C. .


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par de Boccard à Paris

Ius latinum, le concept de droit latin sous la République et l'Empire


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(410 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 341-361

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : DT2005-17

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque de Droit-Gestion.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 3540.46922/06
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun des bibliothèques. Bibliothèque de recherche juridique.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MICROF/KRE
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : GM1521-2005-14
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par de Boccard à Paris

Informations

  • Sous le titre : Ius latinum, le concept de droit latin sous la République et l'Empire
  • Dans la collection : Romanité et modernité du droit
  • Détails : 1 vol. (XII-272 p.)
  • ISBN : 978-2-7018-0218-3
  • Annexes : Bibliogr. p. 201-215. Notes bibliogr. Chronologie. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.