Les conditions d’un nouvel axe de relations ouest-est : la coopération décentralisée avec les pays d’Europe centrale et orientale

par Charlie-Florent Mballa

Thèse de doctorat en Sciences politiques

Sous la direction de Hugues Portelli.

Soutenue en 2005

à Paris 2 .


  • Résumé

    La prise en compte du rôle des acteurs non étatiques fait suite à la longue tradition du monopole de l’État en matière de coopération internationale. À la faveur d’un certain cosmopolitisme conceptuel, les idées de démocratie et de décentralisation, de partenariat, de gouvernance à niveaux multiples…, ont permis aux acteurs subétatiques de développer et d’étendre leurs compétences, tant et si bien que leur activisme international semble être l’expression à l’extérieur de leurs compétences internes. C’est dans cette ligne de mire que s’inscrivent les relations des collectivités territoriales françaises et leurs organismes opérateurs avec leurs homologues d’Europe centrale et orientale. Il s’agit d’un ensemble de liens qui, participant des dynamiques transnationales, concourent à la régulation des relations internationales, purgeant ainsi la diplomatie classique de ses présupposés normatifs. Si les jumelages permettent de retracer la construction européenne « par le bas », les transitions politiques et économiques engagées à l’Est, suite à la chute du mur de Berlin, ont donné un nouvel élan aux échanges entre les « deux Europe. » Aujourd’hui, les dynamiques de la construction européenne ont conféré aux échanges décentralisés avec les PECO une dimension à la fois de la coopération « pour le développement » et d’échanges d’expériences. Certes la question partenariale est au cœur des rapports mis en scène ; le problème à résoudre reste aussi bien celui de la réciprocité des échanges que celui de l’autonomie de la coopération décentralisée, en tant que soumise à la transversalité de l’agenda européen et tributaire de l’accompagnement de l’État. Il devient, dès lors, difficile de considérer les nouvelles formes de diplomatie comme prélude d’un monde « sans États », compte tenu du rôle croissant de l’action étrangère étatique et des mutations que cette dernière traverse de nos jours, face aux contraintes de la mondialisation. S’il peut paraître exagéré de voir en l’Ostpolitik des collectivités territoriales une variante de la « décentralisation » de la politique européenne en direction des PECO (dont ces dernières feraient office d’ « opérateurs »), on peut néanmoins s’accorder que la coopération décentralisée reste un instrument d’expérimentation des relations internationales par les États.

  • Titre traduit

    East-West decentralized cooperation : relation between France and central and eastern European countries


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Traditionally, States have had a monopoly of International Cooperation disregarding the important role played by Public and Private Institutions. Thanks to the world-wide mobilizing concepts viz. : Democratizing process and its corollary Decentralization, Partnership, multilayered Governance, Local Communities have developed their competences so much so that their foreign intercourses have resulted from their internal competences. As this power of playing International action has given birth to what is known today as “Decentralized Cooperation”, it has helped non-State actors have access to Transnational Exchanges, in so far as they have enabled to refine both the ideology and the scope of classical International Relations. Therefore, the relationships between French and Central and Eastern European Countries local Authorities are in line with that new “Weltanschauung”. In that light, the partnerships involved are interesting in the sense that they are to be understood as the contribution of Civil Society to help Europe grow, come closer and unite. Although political and economic transition process of former Communist States, subsequent to the fall of the “Berlin Wall”, has given a new impulse to Transnational Relations, we should bear in mind that an important traditional network of “Town Twinnings” helps to trace back our subject. In addition, given that Decentralized Cooperation studied here is at the middle of “Cooperation for Development” and exchange of experiences among Equal Partners, the question is how that “hybrid” form of Cooperation can be considered as reciprocal as it differentiates itself from the relations with the Third World, so far observed. Furthermore, with regard to the transversal European agenda that Local Authorities are subject to and given Government support, the autonomy of the phenomenon remains questionable. It is, finally difficult to claim the “End of States” as key actors of Global Diplomacy, given that Globalization constraints and its effects on Foreign Policy bring States back in. We nonetheless agree that Decentralized Cooperation seems to be a means of experimentation of new International Relations by States.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 470 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 419-429

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : G/DT2005-15
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : R/T2005-15

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque de Droit-Gestion.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 084246905/06
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : GM1521-2005-15
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.