Nietzsche et la physiologie

par Yannis Constantinidès (Konstantinidis)

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Éric Blondel.

Soutenue en 2005

à Paris 1 .


  • Résumé

    Ce travail s'efforce de préciser le statut de la physiologie dans la pensée de Nietzsche, qui prend de manière générale "le corps comme fil conducteur ". Notre point de départ est l'idée que le corps lui-même " connaît" et " pense ", la pensée consciente n'étant qu'un épiphénomène de cette forme primitive d'appréhension du monde. Cela oblige à réévaluer la physiologie philosophique de Nietzsche, rarement étudiée pour elle-même. Adopter ce point de vue fondamental, génétiquement premier, permet en outre de mieux comprendre l'éthique naturaliste de Nietzsche et de proposer une nouvelle interprétation de la "grande politique ", à partir notamment d'un rapprochement avec le projet platonicien d'élevage d'une aristocratie du corps et de l'esprit. Nous examinons tout particulièrement l'approche physiologique dans son rapport à la question de l'héritage axiologique, puisque les jugements de valeur sont hérités pour Nietzsche.

  • Titre traduit

    Nietzsche and physiology


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (405 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 378-402

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 05 : 185

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9122
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.