Cinétisme et virtualité dans l'oeuvre de Soto

par Alphonse Ndinga Nziengui

Thèse de doctorat en Arts plastiques et sciences de l'art

Sous la direction de Geneviève Clancy.

Soutenue en 2005

à Paris 1 .


  • Résumé

    L'essentiel de l'œuvre de Soto se résume à deux concepts fondamentaux: le Cinétisme et la Virtualité. Par le premier la genèse de son entreprise artistique en est annoncée et édifiée autour de la problématique du mouvement, la clé d'une thématique très diversifiée et dont les points récurrents sont entre autres la vibration, l'énergie, la connaissance de l'espace, la musicalité, etc. A travers le mouvement, l'artiste veut réaliser le vœu de montrer que rien n'est stable dans l'espace réel. D'autant plus que le changement paraît permanent et immanent en toute chose. Cependant, ce n'est guère la matérialité du réel qui semble l'intéresser particulièrement, mais plutôt son caractère intrinsèque ou son être véritable, au sens heideggerien du terme. Fidèle aux idéaux et aux principes fondamentaux du système de l'Abstraction et conformément aux ambitions escomptées à la lumière de l'art cinétique, Soto veut exprimer la pureté du langage plastique dans l'identification de l'art à la philosophie. Alors, la quête de l'être transcendant le préoccupe, et la virtualité, qui est le deuxième grand moment de son art, lui permettra d'appréhender la question ontologique en inscrivant le mouvement artistique dans un univers essentiellement multidimensionnel; et cela au moyen de l'illusion rétinienne produite par des effets "lumino-optiques" ou "cino-optiques". Donc par la virtualité, l'Art de Soto atteint ainsi son degré de maturité le plus déterminant tout en témoignant d'une éventuelle ouverture du système à la science ou à d'autres disciplines.

  • Titre traduit

    Cinetism and virtuality in Soto's work


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (335 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 321-331

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 05 : 199

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 9229
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/3598
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.