Application des micro-organismes halophiles au traitement des effluents industriels hypersalins

par Olivier Lefebvre

Thèse de doctorat en Biotechnologe. Génie des procédés

Sous la direction de René Moletta.

  • Titre traduit

    Application og halophilic micro-organisms to the treatment of hypersaline industrial wastewater


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    De nombreux secteurs industriels sont susceptibles de générer des effluents hypersalins : on peut notamment citer les industries chimique, pharmaceutique, agro-alimentaire, pétrolière, textile et du cuir. Le rejet de ces effluents sans traitement préalable peut avoir un impact dramatique sur la vie aquatique, la potabilité de l’eau et l’agriculture. Les conséquences sont pires encore dans le cas de régions déjà affectées par les pénuries d’eau, où la compensation de la pollution saline est impossible. Par conséquent, la législation est de plus en plus stricte et le traitement des effluents salins est désormais imposé dans de nombreux pays. Les effluents salins sont généralement traités par voie physico-chimique mais, leur coût étant particulièrement élevé, l’intérêt pour des méthodes de traitement alternatives va en s’accroissant, la plupart d’entre eux comprenant une étape biologique aérobie ou anaérobie. Cependant, les procédés de traitement biologique conventionnels sont fortement inhibés par le sel. Le recours à des micro-organismes tolérant les fortes concentrations en sel (halotolérants), voire les requérant (halophiles) est nécessaire. Ces micro-organismes de l’extrême sont présents dans les océans mais aussi dans des environnements hypersalins, tels que les marais salants ou les lacs alcalins. Leur survie et leur diversité dans les boues d’épuration hypersalines ainsi que leur capacité à dégrader la pollution organique carbonée, azotée et phosphorée des effluents hypersalins (avec l’accent sur les effluents de tannerie) sont l’objet de cette thèse.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 269 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.242 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.