Etude du développement spatio-temporel d'une maladie transmise par vecteur en intégrant modélisation statistique et expérimentation : cas de l'ESFY (European stone fruit yellows)

par Gaël Thébaud

Thèse de doctorat en Biologie des populations et écologie

Sous la direction de Jean-Loup Notteghem.

Soutenue en 2005

à Montpellier, ENSA .


  • Résumé

    Les maladies (ré-)émergentes peuvent être à l'origine de graves crises économiques, voire sociales. L'enjeu immédiat dans ce champ de recherche est d'acquérir les connaissances épidémiologiques permettant de gérer ces maladies. Une démarche visant à répondre à cet enjeu est présentée et appliquée à une maladie des Prunus ré-émergente en Europe : l'ESFY (European stone fruit yellows). Cette maladie provoque un dépérissement incurable touchant surtout les abricotiers et les pruniers japonais. Elle est due à un phytoplasme ('Candidatus Phytoplasma prunorum') spécifiquement transmis par Cacopsylla pruni sur le mode persistant. Nous avons analysé les facteurs de risque et les processus épidémiques de l'ESFY en intégrant plusieurs approches : un modèle statistique à l'échelle régionale pour analyser les facteurs corrélés à la prévalence de l'ESFY, des expérimentations sur le cycle du vecteur et sur le potentiel infectieux de ses différents stades, et des tests d'hypothèses basés sur la localisation des arbres malades. Les approches statistiques soulignent l'impact majeur de la combinaison variété/porte-greffe sur la dynamique de l'ESFY. Les expériences prouvent que C. Pruni est un vecteur univoltin dont les jeunes stades acquièrent le phytoplasme, le multiplient, puis le conservent pendant la période d'estivage et d'hivernage qu'ils passent sur des conifères (hôtes alternatifs). Selon le scénario le plus probable issu de la confrontation des différentes approches, seuls les vecteurs réimmigrants infectés depuis l'année précédente transmettraient l'ESFY dans les vergers d'abricotier ; ils y arriveraient au hasard et indépendamment les uns des autres, puis ils réaliseraient souvent des inoculations primaires successives à courte distance : la maladie serait donc monocyclique dans les vergers d'abricotier. Ce scénario a été inclus dans un modèle de simulation à l'échelle du verger, exploitable par la suite pour estimer les paramètres liés aux comportements locaux du vecteur.

  • Titre traduit

    Studying the spatio-temporal spread of a vector-borne disease by the integration of statistical modelling and experimentation: the case of ESFY (European stone fruit yellows)


  • Résumé

    Emerging and re-emerging diseases can give rise to serious economical - and even social - crises. Improving the knowledge that allows coping with such diseases is an immediate stake in this field of research. An approach to this issue is proposed and applied to European stone fruit yellows (ESFY), a disease of Prunus trees that re-emerges in Europe. This disease is responsible for an incurable decline, mainly on apricot and Japanese plum. It is caused by a phytoplasma ('Candida/us Phytoplasma prunorum') specifically transmitted by Cacopsylla pruni on the persistent mode. Wc analysed the risk factors and the processes of ESFY epidemics through integrating several approaches: a statistical model at a regional scale for analysing the factors correlated to ESFY prevalence, experiments on the cycle of the vector and on the potential infectivity of its different stages, and hypothesis tests based on the location of diseased trees. The statistical approaches highlight the major impact on disease dynamics of the cultivar/rootstock combination. The experiments demonstrate that C. Prumi is a univoltine vector whose young stages acquire the phytoplasma, multiply it, and then conserve it during their summering and overwintering on conifers (alternative hosts). In the most probable scenario arising from the comparison of the different approaches, the reimmigrants infected since the year before would be the only efficient vectors of ESFY in apricot orchards, where they would land at random and independently; then, they would often perform several short-distance primary inoculations: therefore, this disease would be monocyclic in apricot orchards. This scenario was incorporated into a simulation model at the orchard scale, which, in the future, will unable estimating the parameters linked to the local behaviour of the vector.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 176 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 206 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.