Effet des pratiques pastorales sur la biodiversité et sa dynamique dans les pelouses des alpages des Alpes du Nord : apport des traits fonctionnels des plantes

par Stéphanie Gaucherand

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Sandra Lavorel et de Philippe Cozic.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les mutations des modes d’exploitation des alpages laitiers des Alpes du Nord externes affectent la dynamique de la végétation, entraînant une évolution de la composition spécifique et de la valeur pastorale des pelouses d’altitude. L’objectif de nos travaux était d’analyser les mécanismes de ces changements en nous appuyant sur les traits fonctionnels végétaux. Nous avons étudié cinq types de végétation allant des pelouses fertiles aux landes, et représentatifs d’un gradient d’intensité de pratiques pastorales et de fertilité. Nous avons montré expérimentalement que l’importance de la compétition, facteur structurant des communautés végétales, diminue lorsque la fertilité décroît. A niveau de ressource égale, l’importance de la compétition peut cependant différer d’une espèce à l’autre. Les espèces dont les traits fonctionnels sont les plus différents des traits moyens de la communauté sont aussi les plus affectées par la compétition. L’étude de la composition fonctionnelle des cinq types de végétation nous a permis de relier changements de traits des plantes et variations de pratiques pastorales. Lorsque les pratiques pastorales s’allègent, les espèces de la communauté végétale présentant une stratégie plus conservatrice (tissus denses, petite taille, litière peu dégradable, durée de vie des organes longue, croissance lente) sont progressivement favorisées au détriment des espèces à stratégie plus exploitatrice (traits opposés). Les traits des espèces conservatrices sont connus pour leurs effets sur le fonctionnement des écosystèmes, réduisant l’appétence de la végétation et entretenant l’appauvrissement du sol. Ces effets seront à quantifier dans de futures recherches. Sur cette base, nous avons proposé une alternative aux typologies fondées sur la taxonomie actuellement utilisées par les gestionnaires. La composition fonctionnelle permet de discriminer efficacement les différents types de végétation. Le classement obtenu présente l’avantage d’être robuste, même si seules les espèces les plus abondantes sont échantillonnées ou s’il existe des différences locales de cortège floristique. Enfin, nous avons testé une méthode de diagnostic rapide de la composition fonctionnelle des pelouses, dérivée du relevé linéaire de végétation : le « relevé de traits ».

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 108 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.