La toile à peindre à Paris, 1793-1867 : l'industrialisation d'une filière, entre tradition et innovation

par Pascal Labreuche

Thèse de doctorat en Épistémologie. Histoire des sciences et des techniques

Sous la direction de Gérard Emptoz.

Soutenue en 2005

à Nantes .


  • Résumé

    On étudie les mutations de la fabrication professionnalisée de toile à peindre pendant la première industrialisation de la France, entre deux limites historiques, depuis l’avènement probable d’une nouvelle filière technique, jusqu’au stade de sa maturité, l’intervalle étant marqué par divers changements d’échelle. C’est une histoire de l’invention et de l’innovation qui détermine les principales articulations chronologiques, malgré la persistance des pratiques traditionnelles dues à la spécificité du produit et de ses consommateurs. Les relations entre fabricants, artistes peintres et savants chimistes, en particulier de l’école de Vauquelin, sont soulignées comme l’un des moteurs du démarrage de l’innovation, de même que celui de l’État en arrière-plan. Plusieurs entreprises sont étudiées individuellement et dans leur tissu industriel ; la profession des marchands de couleurs est étudiée pour l’augmentation de sa population comme pour ses affiliations à plusieurs traditions de métiers.


  • Résumé

    Changes in the professional manufacturing of artists canvas during the first French industrialization is studied, between two historical limits: from the assumed emergence of a new technical way, to its level of maturity, through various scale changes. This is a history of invention and technical innovation, which is providing the main chronological steps, while combining traditional workmanships related to the artists canvas specificity and its consumers. Relationships between canvas primers, painters and chemists, from the Vauquelin school especially, are pointed out as a motor for the innovative process, along with the State action in background. Representative firms are studied as individuals and as parts of an industry; colourman profession is studied for its increasing number, and for its connections with various crafts.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par CTHS à [Paris]

Paris, capitale de la toile à peindre, XVIIIe-XIXe siècle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (823 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 607-823

Où se trouve cette thèse ?