La culture de macrophages comme modèle prédictif de la toxicité et de la biopersistance des fibres minérales artificielles

par Hermine Dika Nguea

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Bertrand Rihn et de Alain Le Faou.

Soutenue en 2005

à Nancy 1 , en partenariat avec Université de Nancy I. Faculté de médecine (autre partenaire) .


  • Résumé

    La toxicité des fibres minérales artificielles (FMA) est couramment évaluée par des tests de biopersistance sur des animaux. Les toxicologues et les industriels sont à la recherche de nouveaux tests prédictifs in vitro pour limiter les tests in vivo. Pour aborder l'étude in vitro de la toxicité des FMA, notre tâche a été d'élaborer un test pour étudier leur persistance au contact d'une lignée de macrophages humains (U-937). Avec des extraits bactériens et des cytokines synthétiques, nous avons modélisé in vitro l'interaction fibres/macrophage permettant l'étude de leur dégradation physique et chimique. L'analyse du transcriptome du macrophage, dans les conditions de ce test, à l'aide de puces à ADN nous a permis d'avancer l'hypothèse que les espèces réactives générées par le stress oxydant seraient responsables de cette dégradation. Cette dégradation obtenue in vitro seulement après 7 jours, est identique à celle observée après expérimentation in vivo et prédit la clearance pulmonaire des FMA obtenue chez le rat. Nous avons établi les bases d'un test in vitro discriminatif permettant un criblage préliminaire de nouvelles compositions de fibres minérales.

  • Titre traduit

    Macrophage culture as a suitable and predictive paradigm for man made mineral fibers toxicity and biopersistence evaluation


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (275 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 275 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?