Le dessin d'enfant, un malentendu graphique ? : Logique de la représentation et processus de subjectivation

par Marie-Laure Roman

Thèse de doctorat en Psychologie clinique

Sous la direction de Claude-Guy Bruère-Dawson.

Soutenue en 2005

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Dans une psychothérapie, le dessin figure la mise en scène d'une représentation inconsciente mobilisée par le trait unaire. L'enfant, par tâtonnements successifs, l'utilise pour construire puis déconstruire, les représentations qui l'habitent et qui se dialectisent dans la demande supposée de l'Autre. Par l'effet de sens qu'il suscite et les paroles qui le questionnent, le dessin s'inscrit comme support d'une subversion subjectivante. Lorsque l'environnement s'avère défaillant, le processus de subjectivation en est altéré. L'enfant est alors dans l'impossibilité de symboliser les images qui l'habitent comme support du désir de l'Autre. Le risque en est l'impossible dialectisation entre moi-idéal et idéal du moi. Engagé dans les processus transférentiels, l'enfant représente ce qui fait stase pour lui, ce qu'il ne peut intégrer à la pensée, donc au langage. Par là même, la cure sera le lieu de la relance du processus de subjectivation. Du symptôme au sinthome, l'enfant accède ainsi au premier jugement d'existence, il s'auteurise

  • Titre traduit

    The child's drawing: a misunderstanding of tracing? : Representation logics and subjectivation process


  • Résumé

    In a psychotherapy, drawing pictures the sketch of an inconscious representation mobilised by the “trait unaire” (Lacan). The child, though successive tentative efforts, uses it to build up then unbuild the representations which fill him, and turn into dialectisation in the supposed request of the Other One. Through the effort of sense which he arouses, and the words that make him ask questions, drawing inscribes itself as the support of subversion that develops subjectivity. When the surrounding prove to be failing, the process of becoming a person is therefore adulterated. The child is then unable to symbolize the pictures which fill him as support oh the Other One's desire. The risle lies in the impossible dialectisation between the ideal ego and the ego ideal. Involved in transference processes the child reproduces what creates a stasis according to him, and which he can't integrate into though, therefore into language. From what has just been said, the treatment will be the place for starting again the process of becoming a subject. From the symptom to the “sinthome” (J. Lacan) the child thus the expression of his first thought of existence, he becomes his own author.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (272 f., [non paginé])
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. 262-272. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2005.MON-21

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2005MON30021
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.