Phospholipase A² de venin d'abeille et antigènes tumoraux pour la conception de vaccins contre le cancer

par Christine Almunia

Thèse de doctorat en Toxinologie. Biotechnologies liées aux toxines

Sous la direction de Daniel Gillet.

Le jury était composé de Eric Tartour, André Ménez.

Les rapporteurs étaient Max Goyffon, Daniel Ladant.


  • Résumé

    Les cellules tumorales sur-expriment des protéines du soi ou des protéines anormales. Ces protéines fonctionnent comme des antigènes tumoraux permettant la reconnaissance des tumeurs par le système immunitaire. Or, les cellules tumorales sont capables d’inhiber celui-ci, ce qui explique le développement des cancers. Cependant, l’identification des antigènes tumoraux et la compréhension des mécanismes fondamentaux de l’immunité ont permis d’envisager de vacciner les patients atteints de cancer. Parmi les antigènes tumoraux, on distingue la famille des antigènes cancer/testis. Ceux-ci, normalement exprimés par les cellules germinales sont retrouvés dans un grand nombre de tumeur. Ils pourraient donc entrer dans la composition de vaccins. Nous avons caractérisé le potentiel vaccinal de trois antigènes cancer / testis, NY-ESO-1, le produit d’expression du gène Lage-1ORF2 (CAMEL) et le produit d’expression du gène Trag-3. Ces antigènes sont reconnus par les cellules T CD4+ du système immunitaire. Un nouvel épitope, dérivé de NY-ESO-1, NY-ESO-187-111, a été identifié. Il se fixe sur plusieurs molécules HLA II couvrant 87% de la population caucasienne. Ces antigènes et les épitopes qui en sont dérivés peuvent être utilisés pour la vaccination. De nombreux vaccins basés sur l’injection de peptide-épitopes ont été testés dans le cadre d’études cliniques. Des régressions tumorales sont observées dans une minorité de cas. Une nouvelle stratégie de vaccination a été développée grâce à l’utilisation des propriétés des cellules dendritiques comme cellules présentatrices d’antigènes. Ces cellules chargées avec des protéines entières améliorent la réponse immune en élargissant l’éventail de peptides présentés aux lymphocytes T. Pour maintenir la réponse anti-tumorale, les lymphocytes CD4+ et CD8+ doivent être activés. Cependant, la présentation de peptides dérivés d’antigènes exogènes solubles sur les molécules du CMH de classe I est très faible. Nous proposons d’augmenter la captation d’antigènes par les cellules dendritiques en couplant ceux-ci à une protéine vectrice capable de lier la membrane de ces cellules. Le mutant H34Q de la phospholipase A2 de venin d’abeille (bvPLA2H34Q) a été choisi pour cela. Des cellules dendritiques humaines ont été chargées avec la protéine de fusion PNY dans laquelle l’antigène tumoral NY-ESO-1 a été couplé à bvPLA2H34Q. PNY augmente la présentation des épitopes de NY-ESO-1 par les molécules du CMH de classe II et favorise l’activation de lymphocytes T CD8+ spécifiques de NY-ESO-1 capables de reconnaître des cellules de mélanome humain.


  • Résumé

    The body’s ability to develop an immune reaction against tumours was discovered with the tumour associated antigens. These proteins, present on the surface of tumour cells, can be detected by cell-mediated immunity. Different categories of tumour antigens which induce cytotoxic T lymphocyte responses in vitro and in vivo have been identified. Some of them, namely "cancer testis" antigens, are expressed in different tumours and normal testis. From the highly tissue-restricted expression profile, this expanding family of cancer/testis antigens is a potential target for cancer vaccines. In this study, three cancer/testis antigens are characterised for their potential ability to induce CD4+ T cells : NY-ESO-1, the LAGE-1 ORF2 protein and the expression product of the Trag-3 gene. A new MHC class II restricted peptide derived from NY-ESO-1, NY-ESO-187-111, was identified. The peptide binds to the MHC class II molecules covering 87% of the Caucasians. These antigens and this peptide may be promising candidates for cancer specific immunotherapy. The overall goal of tumour vaccines is to elicit, restore or augment anti-tumour immune responses. Clinical studies have shown that dendritic cell vaccines have the best potential among all other cancer vaccines to induce signals and change the immune response against tumours. Moreover, an immune response against a broad range of HLA I and HLA II epitopes is required to maximize the efficiency of vaccines. In order to increase and maintain an antigen specific tumour reactive response, without the need of restricting the target population by HLA type, the choice of dendritic cells loaded with full size tumour antigens is recommended. Here, we have demonstrated that the use of PNY (recombinant protein made of the fusion of bvPLA2 mutant H34Q with NY-ESO-1) favours the restricted HLA II peptides presentation, the priming of CD4+ T cells and promotes the cross-priming of CD8+ T cells specific for NY-ESO-1. Dendritic cells loaded with PNY are able to prime and to activate CD8+ T cells which are capable of recognizing human melanoma cells

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (100 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 89-100

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2005 -- 58

Cette version existe également sous forme de microfiche :

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.