Étude moléculaire et isotopique en deutérium de la matière organique insoluble des chondrites carbonées

par Laurent Remusat

Thèse de doctorat en Géochimie. Cosmochimie

Sous la direction de François Robert et de Sylvie Derenne.

Le président du jury était Dominique Bockelée-Morvan.

Le jury était composé de George Cooper, Christian France-Lanord.

Les rapporteurs étaient Pierre Albrecht, Louis d' Hendecourt.


  • Résumé

    Les chondrites carbonées contiennent moins de 4% de carbone essentiellement sous la forme de matière organique insoluble (MOI). Les MOI d'Orgueil et de Murchison ont été étudiées par dégradations chimique et thermique, ainsi que par spectroscopie. Les résultats obtenus permettent d'améliorer la connaissance moléculaire de la MOI : structure du squelette carboné, spéciation de l'azote et de l'oxygène. Ces informations permettent de préciser les liens génétiques avec les composés solubles contenus dans les météorites comme les acides aminés. Par ailleurs le rapport isotopique D/H des briques élémentaires de la MOI (chaînes aliphatiques et unités aromatiques), qui permet de reconstituer l'histoire de la MOI, a été mesuré. Il apparaît que le plus grand réservoir de matière organique extraterrestre est d'origine solaire. La MOI s'est formée dans la nébuleuse protosolaire et non pas dans le milieu interstellaire comme cela était auparavant proposé.


  • Résumé

    Carbonaceous chondrites contain up to 4 wt% of carbon mainly occurring as insoluble organic matter (IOM). Orgueil and Murchison IOM were studied by both thermal and chemical degradations, along with spectroscopic techniques. The results led to a better insight in IOM at the molecular level: molecular structure, nature of nitrogen and oxygen functions. These new data allowed us to address the question of synthetic relations with meteoritic soluble compounds like amino acids. Moreover, D/H isotopic ratio of IOM building blocks (aliphatic chains and aromatic units) was measured. It affords a better knowledge about the origin of chondritic IOM : this major organic reservoir of extraterrestrial organic matter is of solar origin. IOM was synthesised into protosolar nebula and not into interstellar medium as already proposed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (165 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 155-165

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T MNHN 2005 REM
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2005 -- 30

Cette version existe également sous forme de microfiche :

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.