L'organisation familiale face à l'incarcération du père

par Muriel Bélassian

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Claude Garcin.

Soutenue en 2005

à Lyon 3 .


  • Résumé

    Les hommes représentent majoritairement et donc presque généralement la population carcérale en France et à l'étranger. Parmi ces hommes, 80 % d'entre eux environ sont pères de famille. Apparaissent alors, dès l'entrée en prison de ces pères, des difficultés d'ordre personnel et patrimonial pour le détenu et sa famille. En effet, en milieu pénitentiaire, le droit au respect de la vie familiale instaurée par les textes nationaux et internationaux se révèle partiellement utopique dans la mesure où les règles de vie et surtout de sécurité priment sur les liens familiaux et la collaboration financière du père pour son foyer. Le père conserve en théorie ses prérogatives parentales, le droit de fonder une famille, de se marier, ou encore de participer à la vie économique de la cellule familiale. En pratique, cela se révèle être très complexe à mettre en œuvre tant le système carcéral français est lourdement sécurisé. On aboutit à des séparations, des divorces, à une privation paternelle pour l'enfant, à des suicides de ces pères de famille. A l'étranger, certains systèmes pénitentiaires tentent de favoriser le maintien et donc le respect des liens familiaux. En France, les mesures récentes permettent d'être partiellement optimiste sur ce point notamment grâce à l'instauration des unités de visites familiales.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (456 p.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 427-437. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.