La mémoire olfactive humaine : neuroanatomie fonctionnelle de la discrimination et du jugement de la familiarité

par Jane Plailly

Thèse de doctorat en Sciences cognitives. Neurosciences

Sous la direction de Jean-Pierre Royet.

Soutenue en 2005

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette thèse porte sur l'étude des bases neuronales des processus mnésiques olfactifs chez le sujet sain et le patient atteint de schizophrénie, par les techniques d'imagerie cérébrale de TEP et d'IRMf. La première étude montre que la discrimination olfactive, qui met en jeu des processus de mémoire à court terme, active l'insula ventrale antérieure et le gyrus frontopolaire gauches, impliqués respectivement dans l'évaluation de la qualité des odeurs et dans les processus plurimodaux de mémoire de travail. La deuxième étude montre l'implication du cortex piriforme droit lors du jugement de la familiarité des odeurs, et suggère ainsi que le cortex olfactif primaire est aussi impliqué dans les processus de mémoire olfactive à long terme. La troisième étude vise à dissocier les corrélats neuronaux associés aux sentiments de familiarité et de non familiarité, des odeurs et de la musique. Elle montre que le sentiment de familiarité active un large réseau neuronal bimodal impliquant des structures participant à des processus mnésiques ou sémantiques. Elle suggère par extension l'existence d'un réseau neuronal plurimodal du sentiment de familiarité. La quatrième étude montre que les patients atteints de schizophrénie, en comparaison des sujets témoins, jugent les odeurs moins familières et jugent les odeurs plaisantes moins plaisantes. De façon concomitante, ils présentent des altérations fonctionnelles dans les aires temporo-limbiques et orbitales gauches. L'ensemble des études suggère une dissociation des bases neuronales des mémoires olfactives à court et long termes, et avance des preuves en faveur de l'hypothèse du caractère plurimodal d'une partie des processus mnésiques.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    This dissertation deals with the neural bases of olfactory memory processes, in healthy subject and patient with schizophrenia, using cerebral imaging techniques of PET and fMRI. The first study shows that odor discrimination, involving short-term memory processes, activates the left ventral insular and frontopolar gyri, which are suggested to be respectively involved in the evaluation of perceptual characteristics of odorants and plurimodal working memory processes. The second study shows the activation of the right piriform cortex in odor familiarity processing, suggesting thus the involvement of the primary olfactory cortex in olfactory long-term memory processes. The third study aims at dissociating the neural correlates of the familiarity and unfamiliarity feeling of odors and music. It shows that the feeling of familiarity activates a widely extended bimodal neural network involving memory or semantic brain regions. It therefore suggests the existence of a plurimodal neural network of the feeling of familiarity. The fourth study shows that patients with schizophrenia judge odors less familiar and pleasant odors less pleasant than healthy comparison subjects. These behavioral deficits are related to functional deficits in left temporo-limbic and orbital regions. In summary, this dissertation suggests a dissociation between the neural bases of olfactory short-term and long term memory and gives support to the multimodal nature of a part of memory processes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (187 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 163-175

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.