Les Phéniciens et les métaux

par Mohsen Chouaya

Thèse de doctorat en Langues, histoire et civilisations des mondes anciens

Sous la direction de Jean-François Salles.

Soutenue en 2005

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Les débuts de la métallurgie orientale prennent naissance dans un cadre géographique dans lequel la côte levantine n’a pas joué un rôle intéressant. Néanmoins les Phéniciens, reçevant l’héritage cananéen du IIe millénaire avant l’ère chrétienne, ont fait de la recherche des métaux la branche la plus importante dans leur commerce maritime et surtout une des raisons majeures du choix de leur fondations depuis Chypre « l’île au cuivre » jusqu’à l’Eldorado ibérique en passant par les îles de la Méditerranée centrale (Malte, Sicile et Sardaigne) et l’Afrique du Nord. Contrôlant un secteur névralgique de l’économie des Mondes anciens (le commerce des métaux), les Phéniciens, par leur culture sémitique, ont su marquer l’artisanat métallurgique durant les premiers siècles du Ier millénaire av. J. C. Par des caractéristiques qui sont les leurs (coupes, bijoux, armes, statuettes…). Ils ont réussi, sans doute, à se faire connaître non seulement par leur alphabet, mais aussi par les objets sortant des ateliers de leurs métallurgistes et bijoutiers. Dans cette Méditerranée ancienne, la plus importante fondation phénicienne en Occident, Carthage la tyrienne, n’a pas hésité à continuer et à renforcer, pendant quelques siècles, ce projet mercantile phénicien.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The beginnings of oriental metallurgy are born in a vast region in which Levant coasts have to play a marginal part. Nethertheless Phoenicians, whom receive the canaanit heritage of the second millenium B. C. , have maked of the metal’s research the most important sector in their maritime commerce and specially one of the greater reasons in the choice of their foundations since Cyprus “isle of copper” as far as iberic Eldorado passing through central mediterranean isles (Malte, Sicily and Sardinia) and north Africa. Controlling an interested sector of ancient World’s economy (metal’s trade), the Phoenicians have marked the metallurgy during the beginninfs of the first millenium B. C by the properties of their own semitc culture (bowls, jewels, arms, statuettes. . . ). There is no doubt that the Phoenicians are successful to be known not only by their alpfabet but also by the workshop’s products of their metallurgists and jewellers. In this ancient Mediterranean, “the tyrian” Carthage,cp the most important phoenician foundation in the West, have worked to continue and to strengthen, during some centuries, this mercantile phoenician plan.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (331, 47 f.)
  • Annexes : Notes bibliogr. f. 2-23, vol. 2 Bibliogr. générale f. 31-46, vol. 2. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.