L'adaptation du service de l'Eglise catholique à la recomposition du territoire de l'agglomération stéphanoise

par Georges Henry Laffont

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Marc Bonneville.

Soutenue en 2005

à Lyon 2 .


  • Résumé

    L'ensemble des diocèses Français connaît de profonds bouleversements. La paroisse, structure territoriale de base est remodelée. Ce phénomène conduit à repenser la proximité qu'entretenait cette institution avec les populations locales. Ces recompositions interrogent la nature du lien d'attachement territorial auquel semblerait se substituer une appartenance communautaire. En milieu rural, cela se traduit par le passage d’une organisation dense et maillée : la civilisation paroissiale, à une, plus polarisée et disséminée, similaire aux restructurations d'autres services aux populations. Comment cela se traduit-il dans un espace inscrit dans le mouvement de recomposition urbaine ? Entre les modifications classiques à l'oeuvre dans un espace périurbain et les évolutions classiques de la religiosité : baisse de la pratique classique, choix affinitaires, pratiques à la carte… l'étude géographique de la recomposition des paroisses de l'agglomération stéphanoise trouve ici son intérêt. Elle vise à construire des figures typiques de sociabilité religieuse pour mettre en lumière des modalités de territorialisations plurielles et difficilement transposables à d'autres espaces. Telle qu'elle est conduite à Saint Etienne, la recomposition paroissiale apparaît comme la recherche d'un compromis. La paroisse nouvelle conserve sa dimension territoriale et sa charge symbolique. Mais, grâce à des structures en réseaux, l'institution diocésaine accompagne les nouvelles formes de religiosité, façonnées par l'individualisation et la subjectivisation des croyances d'une part et par la mobilité et la modernité d'autre part. Territoire et communauté ne s'y oppose pas et chacune des structures d'Eglise est en équilibre entre ces deux dimensions.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    All French dioceses know great upheavals. The parish, which is a basis territorial organization, is being restructured. This phenomenon leads us to rethink the closeness between the Catholic institution and the local population. These recombinings question the nature of the territorial bond which seems to be superseded by a community belonging. In country environment, we notice a transition from a thick and connected organization ( the parochial civilization) to one, more focused and scattered, similar to the restructuring of other services offered to the population. How does it work in an area in keeping with the urban recombining movement ? Between the traditional alterations in work in a suburban area and the classical evolutions of religiosity ( decreasing of standard practice, choices by affinity. . . ), the geographical study of the recombining of Saint Etienne urban district parishes find its importance here. This thesis tries to build typical figures of religious sociability to point to the plurality of territorial organizations that can hardly apply to other areas. As it is conducted in Saint Etienne, the parochial recombining appears as the purchase of a compromise. The "new parish" keeps its territorial dimension and its symbolic load. However, thanks to networking structures, the local diocesan institution accompanies these new types of religiosity, shaped on the one hand by the individualization and the subjectivity of religious beliefs and, on the other hand by mobility and modernity. Territory and community are not opposed to it and each of these structures is balanced between these two dimensions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (354 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 337-346

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.