(Re)territorialisation de "l'entre-deux" par quelques artistes maghrébins : Driss Chraïbi, Ahmed Cherkaoui, Kateb Yacine, Mohammed Khadda, Albert Memmi et Nja Mahdaoui à la (con)quête de l'expression et de l'inscription du sentiment d'identité culturelle nouveau

par Thomas Demulder

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Charles Bonn.

Soutenue en 2005

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Le dynamisme, la pertinence et la puissance performative des dialogues qui unissent les créations littéraires et picturales dans le champ culturel maghrébin post-colonial ont été – sauf erreur, rarement explorés de manière approfondie. Pourtant, force est de constater que l'association de Driss Chraïbi, Ahmed Cherkaoui, Kateb Yacine, Mohammed Khadda, Albert Memmi et de Nja Mahdaoui est riche en convergences de préoccupations et de procédures expressives. Chacun témoigne à sa manière d'une recherche aboutie sur la " mémoire des racines ", et d'une réflexion poussée sur l'art " moderne " ou plutôt, sur le rôle de l'artiste dans la société nouvelle (celle issue du système colonial). Du Signe à la Lettre, de la peinture à l'écriture, un " compagnonnage artistique " se dessine pour inaugurer une forme inédite de " langage identitaire ". Dans une société identitairement et culturellement déprogrammée, ces six " monstres sacrés " élaborent (en parallèle et en toute complémentarité) des schémas expressifs (de type " rhizome ") susceptibles d'apaiser durablement les déchirures provoquées par le sentiment d'acculturation. Au fil du dialogue entre la littérature et la peinture nouvelle un " arrière pays mental " apparaît (le " visage éternel " de la Méditerranée), accompagné d'une expression arachnéenne et syncrétique capable de retenir toutes les composantes paradoxales de l'identité culturelle nouvelle. D'exprimer/imprimer de manière pérenne le sentiment " entre-deux " ressentis avec force par l'homme maghrébin nouveau à la suite des Indépendances.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    (Re)territorialisation of the "in between" by some North-African artists


  • Résumé

    The dynamism, pertinence and the performative power of the dialogues which bind pictural and litterary creations in the post-colonial cultural North-African field have been - unless I'm mistakes, seldom exploited thoroughly. Yet, obvious the gathering of Driss Chraïbi, Ahmed Cherkaoui, Kateb Yacine, Mohammed Khadda, Albert Memmi and Nja Mahdaoui is rich in the merging of (artistic) preocupations and expressive procedure. Each of them neveals in his own way a thorough research on the " memory of roots " and of a far-reaching reflexion on " modern " art or rather, on the role of the artist in the modern society (the one issued from the colonial system). From one expression to the other an " artistic companionship " is emerging to inaugurate an original form of " identity languages ". In a society which is " deprogrammed " of its identity and culture, there six public idols are building (in a parallel and complementary way) expressive outlines (of the " rhizome " type) which are likely to soothen on a long term basis the tears due to the acculturation feeling. All along the dialogue between writting and the new painting a mental hinterland is outlined the Mediterranean accompanied by a gossaner and syncretic expression capable of behulding all the paradoxical compoments of the new cultural identity to express/print on a long term basis the " in between " feeling the new North-African man experiences forcefully following the Independances.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (394 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 327-337. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.