Mise au point d'un bioessai à cellules entières, pour la détection de pollutions, basé sur la technologie du promoteur de stress

par Céline Mandon

Thèse de doctorat en Ingénierie médicale et biologique

Sous la direction de Loïc Blum.

Soutenue en 2005

à Lyon 1 .


  • Résumé

    L'objectif de ce travail est la mise au point d'un bioessai luminescent, permettant d'apprécier rapidement la toxicité globale d'un milieu complexe, grâce à des systèmes biologiques génétiquement modifiés. Le principe est basé sur l'association d'un promoteur de stress (hsp22 ou hsp23 de drosophile) et d'un gène rapporteur, codant une protéine bioluminescente (luciférase) ou fluorescente (EGFP), insérés dans une matrice cellulaire. Les premiers essais, réalisés grâce à des levures, ont montré que cet organisme ne correspondait pas aux critères de sensibilité de ce système. La génération de promoteurs génétiquement manipulés a permis de produire des clones recombinants de lignées cellulaires humaines (HeLa ou HepG2) et d''améliorer les performances du test. Les résultats en présence de composés toxiques tels que des métaux lourds, des perturbateurs endocriniens et d'échantillons environnementaux, ont permis l'induction de la transcription du gène rapporteur avant la manisfestatin de cytotoxicité


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (229 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 300 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2005/177bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.