Impact agronomique et écologique de l'inoculation du maïs par Azospirillum lipoferum CRT1

par Hamdy El Zemrany

Thèse de doctorat en Agronomie

Sous la direction de René Bally et de Lucile Jocteur-Monrozier.

Soutenue en 2005

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Les effets de l'inoculation du maïs (Zea mays) par la souche bactérienne Azospirillum lipoferum CRT1 (AZOGREEN®) ont été étudiés au champ et en serre. La production d'hormone (AIA) et la capacité à fixer l'azote atmosphérique sont deux propriétés des bactéries du genre Azospirillum impliquées dans les effets bénéfiques. Cependant, d'autres effets sur la colonisation racinaire par les micro-organismes indigènes pourraient également intervenir. Sur le plan agronomique, un suivi pluri annuel a montré une grande variabilité des effets sur le rendement ; en terme de production de grain ou de fourrage, les conditions climatiques n'ont pas permis de distinguer clairement un effet de l'inoculation. L'effet indéniable est une augmentation de la biomasse racinaire, dont nous avons déterminé les paramètres morphologiques par analyse d'image (WINRHIZO®). Chez les plantes inoculées, la surface racinaire est multipliée par 1,2 au stade 2-3 feuilles, 7 jours après le semis, par 1,6 au stade 9-10 feuilles. Des modifications de la qualité du matériel racinaire (composition, résistance mécanique) ont été observées (J35). Du point de vue de l'écologie des micro-organismes, l'inoculation s'accompagne d'un accroissement spécifique des densités de populations indigènes d'A. Lipoferum (autres que l'inoculum) et d'A. Brasilense/amazonense. Les changements de structure associés à l'inoculation sont significatifs avec une élévation de la proportion des IGS (A-RISA) de taille supérieures à 500bp dans les stades de recrutement comme J7 et J35. L'évaluation de l'effet sur le potentiel de fixation de l'N est une augmentation du taux de transcrits du gène nifH (PCR quantitative) significativement plus élevée dans la rhizosphère des plantes inoculées à partir de la 4ème semaine après le semis. En conclusion, la modification du système racinaire est l'effet principal de l'inoculation du maïs par A. Lipoferum CRT1 cultivé sur un luvisol de la région lyonnaise. Les effets sur les populations microbiennes sont associées à un contact accru entre les surfaces racinaires actives et les bactéries indigènes. L'élévation du taux de transcrits NifH est sensible au moment où, au champ, se fait la fertilisation azotée


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (174 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2005/110bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.