Origine, évolution et mesure de la biodiversité des eaux souterraines : analyse moléculaire du genre Niphargus (Crustacea)

par Tristan Lefébure

Thèse de doctorat en Écologie évolutive

Sous la direction de Janine Gibert.

Soutenue en 2005

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Malgré des conditions de vie contraignantes, les eaux souterraines abritent une faune très diversifiée. Au sein du genre Niphargus et à partir d'outils moléculaires, ce travail teste tout d'abord l'impact des phénomènes de convergence sur l'estimation de la biodiversité. Parallèlement, l'influence de la stabilité et de la forte fragmentation du milieu sur l'origine de cette biodiversité sont analysées. Les résultats démontrent une forte sous-estimation de la biodiversité par la taxonomie morpho-anatomique et soulignent l'importance de la diversité cachée. Ce travail soutient également le rôle central des isolements géographiques dans l'évolution des organismes et l'émergence d'un fort endémisme, mais suggèrent néanmoins la possibilité d'importantes phases de dispersion


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (156 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 220 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : T50/210/2005/228
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.