Comment des enfants de 5 à 11 ans dessinent ce qu'ils ont dans leur tête : leurs conceptions retrouvent-elles les modèles historiques ?

par Christine Savy

Thèse de doctorat en Didactique de la biologie et de l'environnement

Sous la direction de Pierre Clément.

Soutenue en 2005

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Comment des enfants de 5 à 11 ans conçoivent-ils l'intérieur de leur tête ? Nous avons analysé 800 dessins, répartis selon six niveaux scolaires, de la Maternelle Grande Section au CM2. Chacun des 800 élèves a été interrogé individuellement pour expliquer ce qu'il avait dessiné. Ces dessins, et leur commentaires, ont ensuite été catégorisés selon plusieurs grilles d'analyse. La première identifie en quoi, en absence de tout enseignement scolaire sur le cerveau, les représentations des enfants reprennent les conceptualisations historique du cerveau. Plusieurs points forts résultent de cette comparaison avec une approche historique (qui est elle même présentée dans un chapitre, puis au fur et à mesure de l'analyse des dessins d'enfants) : - Difficulté initiale des enfants de distinguer l'intérieure de l'exterieur de leur tête ; - Représentations imagées de leurs pensées et rêves, au même titre que les organes, d'abord dans toute la tête, puis superposées au schéma du cerveau ; - Prégnance initiale du modèle hydraulique, sans distinction entre vaisseaux sanguins et nerfs ; - Influence nette du localisationisme de type phrénologique ; - Présence enfin de métaphores (cerveau machine, armoire, ordinateur,. . . ). Une approche relevant des sciences cognitives a égalemeent été utilisée : les enfants construisent-ils leurs concepts anatomiques sur leur corps par des généralisations issues d'observations, ou à partir de conceptualisations théoriques initiales ? L'exemple des dessins des os appuie la seconde théorie : un ou plusieurs os prototypiques sont d'abord dessinés, et cette représentations peut parfois persister après les enseignements sur le squelette au cours élémentaire. Au total, notre étude contrastive comparant les conceptions d'enfants d'âges différents, a mis en évidence une succcession de conceptions qui, à priori, ne semblent pas constituer des obstacles majeurs à des apprentissages futurs. Mais ces conceptions fournissent des renseignements importants sur la façon dont les enfants construisent leurs concepts, et dans les cas d'ascence d'enseignements structurés (sur le cerveau par exemple), passent spontanément par des conceptualisations qui ont émaillé la longue histoire des connaissances sur la biologie du corps humain, et plus particulièrement du cerveau et des fonctions cérébrales


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (293 f., CXIV f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 66 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2005/160bis/1/2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.