Identité et institution de la littérature en Côte d'Ivoire

par Jean-François Kola

Thèse de doctorat en Etudes francophones

Sous la direction de Michel Beniamino et de Dago Gérard Lezou.

Soutenue en 2005

à Limoges en cotutelle avec Cocody , en partenariat avec Université de Limoges. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'écriture de la mémoire comme la mémoire écrite constituent deux dimensions essentielles de l'identité nationale. La vie d'une nation est un long processus d'affermissement de son identité par la traduction de sa mémoire grâce aux arts liés à la culture. Ce constat qui a prévalu et qui prévaut encore aujourd'hui est aussi valable pour les nations dites émergentes. Il s'agissait d'analyser les modalités d'écriture et d'expression de la mémoire au titre desquelles la production écrite tient une place de choix et la mémoire écrite entendue comme les différents produits de ces modalités d'expression mémorielle. La présente étude nous a conduit au coeur des lieux de mémoire collective ivoirienne pour en saisir quelques ethos. L'entreprise de formulation théorique de la mémoire nationale en Côte d'Ivoire à travers la littérature générale induit nécessairement une approche méthodologique complexe. L'histoire dans sa double dimention objective et mémorielle, la sociologie des nations et des phénomènes culturels, la géographie comme outils d'analyse littéraire et textuelle nous ont fourni de ce point de vue, des outils susceptibles de cerner la littérature ivoirienne dans sa dimension socialement instituée et formelle. Ainsi, le postulat scientifique de départ qui se proposait de montrer le degré de sensibilité de la littérature aux phénomènes culturels a-t-il atteint son accomplissement au moment où nous sommes parvenu à mettre en exergue les possibles significations idéologiques et à montrer à l'épreuve des textes littéraires comment les diverses stratégies discursives et esthétiques à l'oeuvre constituaient l'infrasctructure textuelle portant à bout de bras les diverses idéologies allant du "décentrement" à la "trascendance" des modèles littéraires en vigueur, voire à la reconnaissance de l'identité des écrivains étudiés et en définitive à la réalité épistémologique du phénomène de l'identité culturelle en général.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., 735 fol
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?