La poésie contemporaine dans la Sarthe : de 1985 à 2000

par Michèle Tillard

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Jean-Pierre Goldenstein.

Soutenue en 2005

à Le Mans .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Contemporary poetry in the "Sarthe department" : from 1985 to 2000


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L’étude que nous proposons ici, et qui couvre les années 1985-2000, cherche à répondre à la question suivante : y a-t-il une spécificité de la Sarthe en matière de poésie ? Nous analyserons tout d’abord les pratiques culturelles au sein de ce département, en enquêtant sur la place qu’occupe la poésie dans les librairies, les bibliothèques, en nous intéressant à la politique des subventions accordées par les institutions. Nous devons conclure que la Sarthe ne diffère pas, à cet égard, de la moyenne nationale ; tant dans les bibliothèques que les librairies, la place accordée à la poésie représente environ 1%. Puis nous observons l’existence et les pratiques des associations poétiques, notamment « Donner à Voir », qui occupe une position dominante, « Parole », et le « Cercle Littéraire de la médiathèque du Mans », qui n’ont eu qu’une existence plus précaire. Nous pouvons en conclure que malgré l’énergie déployée par les associations, leur influence ne dépasse guère un cercle restreint du public, et ne déborde pas sur l’ensemble du département. Nous avons étudié en second lieu la poésie qui s’écrit dans la Sarthe, entre 1985 et 2000. Nous avons pu constater, malgré une grande diversité des réalisations comme des personnalités, la prééminence d’une poésie lyrique inspirée par l’Ecole de Rochefort ; toute autre forme d’expression, qu’il s’agisse de la poésie engagée du groupe « Parole », ou des avant-gardes telles que le « Cercle littéraire de la médiathèque », se trouve souvent taxée de parisianisme, et peine à trouver son public. A l’issue de notre période, seule « Donner à Voir » reste en scène, ainsi que quelques individualités isolées. Il n’y a donc pas à proprement parler de poésie « sarthoise », mais des pratiques issues de l’histoire littéraire régionale, et inspirées par la volonté de se démarquer de l’influence parisienne.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 454 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 404-434. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du Maine. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2005LEMA3002
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.