Contribution à la modélisation et à la prise en compte informatique de niveaux de descriptions multiples : application aux écosystèmes aquatiques

par Pierrick Tranouez

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Alain Cardon.

Soutenue en 2005

à Le Havre .

  • Titre traduit

    A Contribution to modeling and managing multiple levels of description in a computer simulation : application to aquatic ecosystems


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Nombre de sciences utilisent la simulation comme outil de modélisation. Le but de notre travail est d’améliorer la prise en compte d’échelles multiples dans une simulation informatique. Il nous faut donc comprendre comment les sciences se construisent, et le rapport qu’entretiennent cette épistémologie et la simulation. Cette thèse commence donc par un chapitre résumant différentes tendances épistémologiques et s’efforce de les rattacher à la tâche qu’on s’est fixé. Le deuxième chapitre présente de manière plus spécifique ce qu’on peut vouloir dire par « échelles multiples » ou « niveau de description » dans différents travaux scientifiques, en insistant plus particulièrement sur ce qui sera notre application principale, l’hydrodynamique et les écosystèmes. Le chapitre 3 présente alors l’application qui a donné naissance au travail actuel, qui est un système destiné à améliorer l’intelligibilité dans un système de communications écrites entre gestionnaires d’une situation de crise, en utilisant la forme et la dynamique du discours pour aider à résumer sa sémantique. Vient ensuite un résumé de ce dont traite l’écologie, de l’importance des flux dans les modèles actuels d’écosystèmes, et des tendances les plus répandues actuellement dans la modélisation d’écoulement fluide. Ceci nous amène dans le chapitre 5 à la description d’une application qui s’efforce de gérer différentes échelles dans une simulation d’écoulement fluide, en gardant à l’esprit une intégration ultérieure dans une simulation d’écosystème plus générale. Nous utilisons comme base un modèle dit particulaire sur lequel nous appliquons deux méthodes pour détecter des structures ou des organisations au cours de la simulation. Une de celle-ci permet le remplacement des particules de bases qui se sont auto-organisées par une nouvelle entité qui représente la structure en question. La vie sociale subséquente de cette nouvelle entité de simulation peut ensuite mener à la création d’encore nouvelles échelles, et ce d’une manière itérative sans limité supérieure théorique. Nous terminons avec un article en anglais qui commence à expliciter comment ce travail mènera à une simulation d’écosystème plus générale

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (193 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 187-193

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du Havre. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 761

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 05 LEHA 0001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.