Contribution à l'illusion oculogravique : effets différenciés d'une inclinaison réelle et simulée

par Jérôme Carriot

Thèse de doctorat en Mouvement, performance, santé

Sous la direction de Vincent Nougier et de Corinne Cian.

Soutenue en 2005

à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail doctoral s'intéresse aux similitudes et différences comportementales qu'engendrent une mclinaison réelle et simulée par accélération linéaire (centrifugation, illusions somatogravique et oculogravique). En désaccord avec l'ambiguïté inclinaison/translation du système otolithique, les trois premières expériences mettent en évidence qu'une même orientation par rapport à la gravité (G) pour l'inclinaison réelle ou aux forces gravito-inertielles (GiF) en centrifugeuse n'induit pas la même perception de l'horizon. Les ajustements visuels et proprio-kinesthésiques réalisés en centrifugeuse sont toujours au-dessus de ceux observés en environnement gravitaire. Cet abaissement de l'horizon gravitaire en centrifugeuse s'expliquerait en partie par un décalage illusoire de la référence égocentrée, probablement lié aux contraintes mécaniques engendrées au niveau des effecteurs par l'augmentation de l'intensité de la force. Une deuxième série d'expériences suggère que l'intensité de l'illusion oculogravique peut être modifiée par l'expérience des variations inertielles. La dernière expérience met en exergue le rôle important des signaux somesthésiques dans l'illusion oculogravique. D'une part, pour une distance donnée fixe entre le système vestibulaire et l'axe de rotation (force centrifuge semblable sur les otolithes), le simple fait d'allonger les jambes (variation de la distance entre les différentes parties du corps et l'axe de rotation) module l'amplitude de l'illusion oculogravique. D'autre part, lorsque les otolithes ne sont pas affectés par la force de centrifugation, et que les gravicepteurs somesthésiques sont soumis à un changement en direction et en amplitude de la gravité, on observe un déplacement de la localisation de l'horizon dans la direction de GiF appliquée au niveau du centre de masse. L'ensemble des résultats permet d'aborder l'illusion oculogravique sous l'angle d'un modèle interne de la gravité. La rémanence de la perception d'inclinaison en centrifugation serait liée à la difficulté pour l'individu d'associer la stimulation somesthésique engendrée par l'accélération linéaire, à un alignement de son propre corps sur ce modèle interne (conflit cognitif).


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Contribution to the oculogravic illusion : differential effects of real and simulated tilt


  • Résumé

    The purpose of this doctoral dissertation was to study phenomenological differences and similarities induced by a static tilt or simulated tilt consecutive to a translation (centrifugation, somatogravic and oculogravic illusions). Data fTom a first set of experiments contrasted with the interpretation regarding the tilt/translation ambiguity as the same orientation relative to the shear forces, the gravity (G) for the true tilt or the gravito-inertial forces (GIF) in the centrifuge did not induce the same horizon perception. Visual adjustment and arm pointing in the centrifuge were always above the ones observed in a G environment. Part of the lowering of the judgment in the centrifuge may be related to the mechanical effect of GIF on the effectors as shown by the shift of the egocentric coordinates in the direction of GIF. Data fTom a second set of experiments showed that the inter-individual differences in sensitivity to the oculogravic illusion may be related to the experience of high variations in the inertial forces. A last experiment highlighted the important role of the somaesthetic eues in the oculogravic illusion. On one hand, for a given distance of the vestibular system fTom the axis of rotation (similar centrifugaI force on the otoliths), the variation of the distance of the different parts of the body fTom the axis of rotation modulated the magnitude of the oculogravic illusion. On the other hand, when the otoliths were not affected by the centrifugaI force (vestibular system on the axis of rotation), and when the graviceptors in the body were submitted to a change in the direction and magnitude of the gravity, there was a displacement of the zenith localization in the direction of GIF applied to the centre of mass. The remanence of a tilt response during centrifugation was discussed in terms of a misperception of the body Z-axis relative to an internaI model of G notably in response to the backward direction of somaesthetic stimulation which should not exist when the body-axis and gravity are aligned.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (pagination multiple)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.139-165

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TS05/GRE1/0184
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS05/GRE1/0184/D
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.