Mise à mort des animaux, travail des hommes : une ethnographie aux frontières de l'humain

par Catherine Rémy

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Albert Piette.

Soutenue en 2005

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette thèse a pour thème l'évolution de la frontière entre l'homme et les animaux, entendue comme un accomplissement pratique. Celui-ci est particulièrement visible au sein des situations où la question de la mise à mort des animaux est quotidiennement posée. Tois situations de travail ont été investiguées : un abattoir, un laboratoire de physiologie et une clinique vétérinaire. La méthode d'enquête privilégiée est une ethnographie situationnelle et comparée : un point commun entre les situations permet la comparaison. Dans chacun de ces univers, les acteurs accomplissent le travail de mise à mort d'une manière spécifique, mais l'enquête révèle des régularités : l'importance de l'implicite dans l'interaction, de la répartition des tâches et de la délégation de la violence. En conclusion, s'il apparaît que la frontière a évolué au profit d'une idée plus forte d'analogie, les animaux restent pris dans des catégories qui ne peuvent surmonter la tension entre ressemblances et différences.

  • Titre traduit

    The killing of animals in work situations : an ethnography at the frontiers of humanity


  • Résumé

    This thesis is about the evolution of the frontier between man and animals. The frontier here is perceived as the carrying out of an act which is particularly visible in situations where the subject of the killing of animals is an every day reality. Three situations of work have been observed : a slaughterhouse, a veterinary clinic and a laboratory of physiology. In each situation the killing of animals is carried out in a specific way. However, the research reveals that in the three situations there are common points : the importance of the implicit aspects in the organization of work, the delegation of violence to a few individuals and their interaction with the animals. In conclusion, we can affirm that the frontier has indeed evolved in the sense of a larger acceptance of the similarities, but animals cannot be categorized in such a way as to completely eradicate significant differences.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Economica à Paris

La fin des bêtes : une ethnographie de la mise à mort des animaux


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (470 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.[456]-466.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque de Saint-Jean d'Angély.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TU LAS 871
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2005-12

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 12547
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par Economica à Paris

Informations

  • Sous le titre : La fin des bêtes : une ethnographie de la mise à mort des animaux
  • Dans la collection : Études sociologiques
  • Détails : 1 vol. (210 p.)
  • ISBN : 978-2-7178-5713-9
  • Annexes : Bibliogr. p. [203]-208. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.