L'influence des différents modes d'expansion sur la performance de l'entreprise : une étude empirique sur la croissance horizontale dans le secteur de la grande distribution au niveau mondial de 1984 à 2003

par Valérie Weill (Moatti)

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Pierre Dussauge.

Soutenue en 2005

à Jouy-en-Josas, HEC .

  • Titre traduit

    ˜The œimpact of modes of expansion on performance : an empirical investigation on horizontal growth in global retailing from 1984 to 20003


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les nombreux travaux sur les fusions-acquisitions, d'une part et sur les alliances d'autre part, reconnaissent que la croissance, et à travers elle les effets de taille –économies d'échelle et pouvoir de marché en particulier-, représentent l'un des objectifs poursuivis par ces manœuvres stratégiques. Pourtant, ces recherches ont rarement comparé l'efficacité de ces deux modes de croissance, ou par rapport à la croissance interne. De façon générale, les alliances comme les fusions-acquisitions ont davantage été considérées par la recherche en stratégie comme des décisions ou des actions stratégiques en tant que telles, plutôt que comme un moyen d'aboutir à une stratégie donnée. Parallèlement, la relation entre la taille de la firme et sa performance a fait l'objet de nombreux travaux en économie et en stratégie mais s'est davantage intéressée au résultat obtenu qu'à la manière dont la taille a été acquise. L'objet de la présente recherche est au contraire d'analyser l'impact du mode de croissance choisi par une entreprise sur les effets de taille obtenus du fait de cette croissance. La réflexion théorique nous amène à formuler une série d'hypothèses sur les bénéfices comparés de chacun des modes de croissance sur la performance globale et sur les deux principaux effets de taille: économies d'échelle et pouvoir de marché. Nos résultats empiriques, statistiquement obtenus à l'aide d'un échantillon de 83 entreprises du secteur de la grande distribution au niveau mondial, sur une période de 20 années (1984-2003), montrent que les fusions-acquisitions et les alliances affectent négativement la performance alors que ces deux modes permettent d'accroître davantage le pouvoir de marché que la croissance interne. Néanmoins, nous montrons que le choix de former une alliance ou de réaliser une opération de fusion-acquisition est déterminé par une série de facteurs dont certains influencent aussi son niveau de performance. Une fois prise en compte cette endogénéité, les différences entre les modes sont nivelées, conformément à nos

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (458 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 338 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole des hautes études commerciales. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.