Capacité de croissance de la partie aérienne du fraisier (Fragaria X ananassa Duch. ) sous conditions naturelles et traitement au froid en automne, et sous longue conservation au froid : évaluation de la respiration et de la chaleur métabolique comme marqueurs de capacité de croissance

par Gilberto Luiz Putti

Thèse de doctorat en Physiologie et génétique moléculaires

Sous la direction de Gilles Pétel.

Soutenue en 2005

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Growth capacity of the aerial part of strawberry plants( Fragaria ananassa Duch) under natural conditions and cold treatment in autumn, and under long cold storage : evaluation of respiration and metabolic heat rates as markers of growth capacity


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Peut être plus encore que dans d'autres secteurs de production végétale, en horticulture les contraintes économiques imposent une technicité croissante. L'artificialisation des productions de plants de fraisiers a commencé depuis longtemps. L'empirisme a permis de mettre au point des pratiques qui ont longtemps suffi. Mais, cette artificialisation demande de plus en plus une maîtrise raisonnée qui doit reposer sur des connaissances précises de l'écophysiologie des plants. D'autre part, des recherches ont permis de définir un test de capacité de croissance des bourgeons, inspiré de ceux faits sur les bourgeons des arbres, et nous l'avons mis en oeuvre comme référence. Cependant, en particulier au niveau de l'intérêt pour les professionnels, ce test implique des méthodes encore trop lourdes. D'autres marqueurs plus faciles à mesurer semblaient des candidats valables, mais seules des études préliminaires ont été faites. C'est le cas du flux de chaleur métabolique (Q) et du flux de respiration (RCO2) que nous avons testé en mesure immédiate et après acclimatation des plants à 20°C. Nos résultats indiquent que Q et RCO2 en mesure immédiate ne peuvent constituer de bons marqueurs de capacité de croissance, car leurs valeurs sont fortement corrélées aux températures moyennes subies par les plants dans les quelques jours précédant la mesure. En revanche, le différentiel obtenu entre mesure immédiate et mesure réalisée après acclimatation pendant 48 h à 20° C est potentiellement un marqueur intéressant, d'obtention beaucuop plus rapide que les résultats des tests classiques. Il faudra cependant optimiser les conditions de réalisation de l'acclimatation et des mesures microcalorimétriques et augmenter sensiblement le nombre de répétitions des mesures. L'utilisation du paramètre humidité pondérale, dont la dynamique d'évolution est très proche de celles de Q et RCO2, comme substitutif à ces paramètres peut constituer un autre outil intéressant les producteurs de plants

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (131 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.84-90

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université (Aubière). Section Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Institut national d'horticulture et de paysage. Bibliothèque générale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : CL SPE 3 FRA (BG-21076)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.