Etude des mécanismes de recombinaison chez Arabidopsis thaliana : les protéines du groupe épistatique RAD52 et leur rôle dans la stabilité génomique

par Jean-Yves Bleuyard

Thèse de doctorat en Physiologie et génétique moléculaires

Sous la direction de Charles White.

Soutenue en 2005

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Study of the mechanisms of recombination in Arabidopsis thaliana : the proteins of the rad52 epistatic group and their role in genomic stability


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les voies de recombinaison homologue permettent des échanges d'information génétique entre des molécules d'ADN présentant une homologie de séquence. Outre leur rôle dans l'augmentation de la diversité génétique, ces voies contribuent à la réparation des lésions de l'ADN, ainsi qu'à la ségrégation des chromosomes homologues en cours de méiose. Chez les eucaryotes la recombinaison homologue dépend principalement des protéines du groupe épistatique RAD52. En l'état actuel, peu de protéines de ce groupe ont été identifiées et caractérisées chez les plantes. Chez les vertébrés, les protéines Rad51B, Rad51C, Xrcc2, Xrcc3 (toutes membres du groupe épistatique RAD52) sont nécessaires à la réparation des lésions de l'ADN et aux évènements de recombinaison mitotique. Cependant, un phénotype de létalité embryonnaire a considérablement limité l'étude de leur rôle dans les processus de la méiose. Dans le cadre de l'étude des mécanismes de recombinaison chez la plante Arabidopsis thaliana, nous avons isolé des lignées déficientes pour les homologues de ces protéines. Nous avons montré que : 1-les protéines AtRad51B, AtRad51C, AtXrcc2 et AtXrcc3 sont impliquées dans les mécanismes de répartition des lésions de l'ADN, coupure confirmant que se sont des homologues fonctionels des protéines des vertébrés ; 2-les protéines ArRad51C et AtXrcc3 sont nécessaires au maintien de l'intégrité du matériel génétique pendant la méiose, en pariculier pour réparer les cassures double-brin introduites par la protéine Spo11 ; 3-les protéines AtRad51B et AtXrcc2 ne semblent pas jouer de rôle essentiel dans ces processus. Nous avons aussi montré que l'homologue d'Arabibopsis de la protéine Rad50, une autre protéine du groupe épistatique RAD52, est nécessaire au maintien de l'intégrité du matériel génétique pendant la méiose. Ces travaux et leur suite devraient permettre d'apporter une contribution significative à notre compréhension des mécanismes de recombinaison chez les plantes et les eucaryotes supérieurs en général

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 186 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université (Aubière). Section Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.