Le Décor de lustre métallique des céramiques glaçurées (IXème - XVIIème siècles) : matériaux, couleurs et techniques : principales étapes de diffusion d'une invention mésopotamienne

par Delhia Chabanne

Thèse de doctorat en Physique des archéomatériaux. Art et archéologie

Sous la direction de Max Schvoerer.

Soutenue en 2005

à Bordeaux 3 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    The metallic lustre of glazed ceramics (IXth AD - XVIIth AD) : material, colour and technics : main workshop


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les décors de lustre métallique des céramiques glaçurées sont, sur le plan du génie technologique, l'une des plus prestigieuses inventions de l'Islam médiéval. Ils sont composés de nanoparticules de cuivre et d'argent métalliques "enfouies" dans une matrice vitreuse. Ils présentent un double aspect esthétique, le décor dévoilant à un angle particulier d'observation (réflexion spéculaire), un reflet métallique coloré. Vraissemblablement appliquée pour la première fois sur glaçure dans l'aire mésopotamienne au IXème siècle, cette technique s'est diffusée en Egypte, en Syrie et en Iran, parallèlement en Espagne jusqu'au XVIIème siècle. Nous avons cherché à appréhender cette diffusion et les changements technologiques qui l'ont accompagnée. A travers l'étude des substrats céramiques (texture et composition), des glaçures (couleur, texture et composition) et surtout des décors (couleur et composition), nous avons établi une "carte d'identité analytique" de centres majeurs de production. La mise en perspective des différentes carctéristiques a permis de mettre en évidence : un changement de la nature des supports (substrat céramique et glaçure) des décors de lsutre métallique, une perte de la plychromie des décors de lustre métallique, remplacée par un jeu chromatique à l'aide de l'emploi de glaçures colorées et rehauts de couleur turquoise et bleu cobalt, une perte de la variété des teintes des décors (lumière diffuse et reflets métalliques colorés), une utilisation priviligiée du cuivre, par rapport à l'argent, dès le XI ème siècle en Orient et dès le XVème siècle en Espagne. Enfin, des changements dans la nanotexture des décors entre le début et la fin de la production ont pu être observés expliquant l'aspect "métallisation de surface" des dernières productions archéologiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (236 p. )
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 229-236.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.