Les écrivains francophones d'origine mandingue et la question du modèle

par Jean-Fernand Bedia

Thèse de doctorat en Littératures française, francophone et comparée

Sous la direction de Jean-Michel Devésa et de Gérard Dago Lezou.

Soutenue en 2005

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    La problématique identitaire des romans africains francophones à travers la question du modèle vise à contourner une difficulté, celle de l'inertie d'une polémique assujettie aux contingences historiques à l'origine de la Francophonie. D'où le principe de considérer l'univers romanesque dans son essence, c'est-à-dire dans sa structure sociologique, religieuse, institutionnelle, historique,linguistique. La structure narrative est calquée sur le modèle du donsomana et du Soundjata-fasa, à travers une présence significative des paroles ésotériques comme les proverbes, mais aussi du couple mythique homme-femme, héros par excellence des récits oraux des griots. La conséquence de ce ressourcement s'apprécie ainsi dans le renouvellement épistémologique des termes fondateurs du réalisme et de la fiction romanesques, en l'occurrence les personnages et l'espace. Le second discriminant identitaire qui révèle la nature profonde du modèle de l'écriture est la langue parlée par les protagonistes ou les narrateurs. Ainsi, la langue du roman, dans sa singularité est avant tout un écho du système de représentation. " Le viol " de la langue française par Ahmadou Kourouma, tout comme la "fraternité des case " des langues mandingues et du français dans les romans de Massa Makan Diabaté, sont au même titre, que le " classicisme " de Djibril Tamsir Niane, des conceptions linguistiques non dénuées de revendication identitaire, donc politique. Ces deux discriminants ou états concrets du modèle esthétique de l'œuvre romanesque des auteurs d'origine ou de culture mandingue, constituent, dans une approche fondamentale, les prolégomènes de l'ethnocritique, en tant que méthode endogène. La problématique identitaire des romans africains francophones à travers la question du modèle vise à contourner une difficulté, celle de l'inertie d'une polémique assujettie aux contingences historiques à l'origine de la Francophonie. D'où le principe de considérer l'univers romanesque dans son essence, c'est-à-dire dans sa structure sociologique, religieuse, institutionnelle, historique,linguistique. La structure narrative est calquée sur le modèle du donsomana et du Soundjata-fasa, à travers une présence significative des paroles ésotériques comme les proverbes, mais aussi du couple mythique homme-femme, héros par excellence des récits oraux des griots. La conséquence de ce ressourcement s'apprécie ainsi dans le renouvellement épistémologique des termes fondateurs du réalisme et de la fiction romanesques, en l'occurrence les personnages et l'espace. Le second discriminant identitaire qui révèle la nature profonde du modèle de l'écriture est la langue parlée par les protagonistes ou les narrateurs. Ainsi, la langue du roman, dans sa singularité est avant tout un écho du système de représentation. " Le viol " de la langue française par Ahmadou Kourouma, tout comme la "fraternité des case " des langues mandingues et du français dans les romans de Massa Makan Diabaté, sont au même titre, que le " classicisme " de Djibril Tamsir Niane, des conceptions linguistiques non dénuées de revendication identitaire, donc politique. Ces deux discriminants ou états concrets du modèle esthétique de l'œuvre romanesque des auteurs d'origine ou de culture mandingue, constituent, dans une approche fondamentale, les prolégomènes de l'ethnocritique, en tant que méthode endogène.

  • Titre traduit

    French-speaking African authors of Mandingue origin and the question of paradigm.


  • Résumé

    The problematic notion of identity in French-speaking African novels, through the question of paradigm, aims at circumventing one difficulty : the inertia of a controversy subjected to the historical contingencies at the origin of the francophone world. Thus emerges the objective of considering the sphere of the novel in all its constituent structures, that is sociological, religious, institutional, historical and linguistic. The narrative structure is modelled on the paradigm of the "donsomana" and the "Soundjata-fasa" through the significant presence of esoteric oratories like proverbs, as well as the mythical couple man-woman, the pre-eminent heroes of the oral tales of griots. The consequence of this resourcefulness can hence be appreciated in the epistemological renewal of the founding aspects of realism and fiction : characters and setting. The second discriminating notion of identity, which reveals the profound nature of the writing paradigm, is the language spoken by the protagonists or narrators. Hence, the language of the novel, in its singularity, is primarily an echo of the system of representation. Ahmadou Kourouma's "rape" of the French language, like the "fraternity of huts" of the Mandingue languages and the French language in the novels of Massa Makan Diabaté, are, together with the "classicism" of Djibril Tamsir Niane, linguistic concepts which, by claiming an identity affirmation, transpire into the political field. These two aspects of the aesthetic model in the novels of writers of Mandingue origin or culture essentially constitute the prolegomena of ethno-criticism as endogenous method.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(553 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : f. 545-553

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.