Romain Gary et le mythe

par Christophe Pérez

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Gérard Peylet.

Soutenue en 2005

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    La rivalité entre la réalité et l’imaginaire, thème récurrent dans les œuvres de Romain Gary, ouvre un espace agonistique, dans lequel se déploie le mythe. La réalité, selon Gary, démystifie progressivement le monde, par l’action de la science, de l’individualisme et de la solitude. Elle interdit toute forme d’espoir et clôture le temps, dans une circularité qui interdit une ouverture vers un avenir. Mais il est possible, pour l’homme, de ne pas collaborer à la réalité, en lui opposant la force de l’imaginaire. En inventant ce qui n’est pas contre ce qui est, l’homme produit de la dignité, de l’espoir, un futur possible ; par l’imaginaire, l’homme crée un mythe qui aspire son action à transgresser l’ordre ontologique du monde : l’imaginaire produit de la réalité. Les œuvres d’art montrent à l’homme ce qui n’est pas, pour l’exhorter à réaliser la Beauté ici-bas. Gary développe un humanisme esthétique, où l’homme doit incarner par son comportement les mythes qu’il invente et devenir ainsi un exemple à imiter. La réconciliation entre réalité et imaginaire demeure impossible : l’échec perpétuel du mythe exige son recommencement. L’homme fait des songes et les songes font les hommes : l’homme est un animal mythologique.

  • Titre traduit

    Romain Gary and the myth


  • Résumé

    The competition between the reality and the imaginary one, recurring topic in Romain Gary works, opens an agonistic space, in which the myth is spread. Reality, according to Gary, demystifies the world gradually, by action of science, individualism and loneliness. It prohibits any form of hope and fence time, in a circularity which prohibits an opening towards the future. But it is possible for man not to collaborate with the reality, by opposing to it the force of the imaginary one. While inventing what is not against what is, man produced the dignity, the hope, a possible future; by the imaginary one, man creates a myth which pushes his action to contravene the ontological order of the world : the imaginary one produced reality. The works of art show man what is not, to exhort him to carry out the beauty in the world. Gary develops an aesthetic humanism, where man must incarnate by his behaviour the myths, which he invents, and become thus an example to be imitated. Reconciliation between reality and imaginary remains impossible: the perpetual failure of the myth requires it’s restarting. Man dreams and the dreams make man : man is a mythological animal.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (415 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 396-403

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.