L'Islam héritier des religions sémitiques : étude du phénomène abrahamique

par Issa Diab

Thèse de doctorat en Cultures et sociétés dans le monde arabe et musulman

Sous la direction de Samaha Khoury.

Soutenue en 2005

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Mohammad inaugura sa mission par la proclamation des croyances des Honafā' abrahamiques à la Mekke. Seulement à Médine, il introduisit les "particularités islamiques", alors, des discussions polémiques avec les Nassāra et des confrontations armées contre les juifs poursuivirent. Dans chacune des trois grandes religions sémitiques, se constitua un phénomène abrahamique différent. L’Abraham du Christianisme est l’archétype de l’homme qui s’approche de Dieu, sans la Torah, par une simple action de foi. Il est aussi un archétype du Christ, le canal de la bénédiction de Dieu à tous les peuples. L’Assemblée de Jacques, qui exprime le Christianisme le plus élémentaire, avait une tradition abrahamique toratique et croyait en Jésus Christ comme homme-prophète, ce sont les deux particularités des Honafā’ et des Homos de la Sīrah. L’Abraham du Judaïsme est un personnage honorable qui révère la Torah et la Loi de la Nature (Dīn al-Fitrah). L’Abraham de l’Islam est un Imām religieux et le chef d’une ’Oummah. L’Abraham de la Médine semble être un prophète arabe et « un musulman avant l’Islam. L’explication de cette énigme se trouve dans l’analyse de la stratégie politico-religieuse de Mohammad. Les sources des « Histoires d’Abraham » dans l’Islam sont vraisemblablement la littérature apocryphe juive. L’Islam foncier n’est que le Hanifisme. Les Honafā’ sont un groupe des Nassāra, une secte de Judéo-Chrétiens d’avant l’Islam. Abraham dans l’Islam est la figure du Sémitisme par excellence. Pour qu’il puisse être une plate-forme de dialogue religieux, il faut que l’Islam adopte les résultats de la Critique historique des son « texte sacré » et se réconcilie avec la laïcité.

  • Titre traduit

    Islam as the inheritor of semitic religions : study of the abrahamic phenomenon


  • Résumé

    Mohammad inaugurated his mission by the proclamation of the Abrahamaic beliefs of the “Honafā'” in Mecca. Only at Medina, he introduced the "Islamic particularities". Then, polemic discussions with the “Nassāra” and armed confrontations against the Jews followed. In each of the three Monotheistic Semitic Religions, a different Abrahamaic Phenomenon was elaborated. Abraham of Christianity is the archetype of a man who comes to God, without the Torah, by a simple act of faith. He is also an archetype of Christ, the canal of God’s blessing to all the peoples. James' Assembly, that expresses the most elementary Christianity, had a Toratic Abrahamic Tradition, and believed in Jesus as a Prophet sent by God. These are two of the most important particularities of the “Honafā'” and the “Homos” of the Sīrah. Abraham of Judaism is an honorable person who respects the Torah and the Natural Law (Dīn al-Fitrah). Abraham of Islam is a religious “Imām” and an “'Oummah” Leader. Abraham of Medina seems to be an Arab Prophet and a "Muslim before Islam". The explanation of this enigma can be disclosed by the analysis of Mohammad Political and religious strategy. The sources of the Abrahamaic Stories in Islam are seemingly the apocryphal literature of the Jews. The elementary Islam is a new shape of “Hanifism”. The “Honafā'” are a group of “Nassāra”, a Jewish-Christian sect of before Islam Abraham of Islam is a Semitic figure par excellence. To be a Religious Dialogue Platform, Islam should adopt the results of the Historical Criticism applied on its Sacred Text, and be able to live in Secular Governance System.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (589 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : p. 546-565. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.