Modulation de l'expression de récepteurs nucléaires par la vitamine A et les acides gras dans le processus de cancérogénèse colorectale : approches expérimentale et humaine

par Barbara Delage

Thèse de doctorat en Sciences du vivant, géosciences, sciences de l'environnement. Sciences des aliments et nutrition

Sous la direction de Pierrette Cassand.

Soutenue en 2005

à Bordeaux 1) .


  • Résumé

    L’alimentation est l’un des facteurs exogènes majeurs impliqués dans le risque de cancer chez l’Homme, et en particulier dans le risque de développer un cancer colorectal. Selon leur qualité et leur quantité, les aliments peuvent être protecteurs ou activateurs de la cancérogenèse colique. Les travaux présentés dans ce manuscrit s’inscrivent dans les recherches en Nutrition dont l’objectif est d’établir de nouvelles données scientifiques nécessaires à une meilleure compréhension des relations alimentation - cancer. Divers arguments expérimentaux révèlent le rôle majeur des récepteurs nucléaires dans de nombreux processus biologiques. Spécifiquement, les récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes et les récepteurs activés par les métabolites actifs de la vitamine A sont des régulateurs transcriptionnels impliqués à la fois dans le métabolisme lipidique et dans les processus de contrôle de l’homéostasie cellulaire. Ces données en font des cibles potentielles à la fois dans le traitement des altérations métaboliques associées à l’obésité et dans la chimioprévention et le traitement du cancer colorectal. Nous avons mis en évidence des modifications précoces de l’expression des ARNm de PPARγ et de RARβ dans la muqueuse colique d’animaux chimio-initiés pour la cancérogenèse colique et nourris avec des régimes hyperlipiques. Nos résultats montrent que l’expression de PPARγ, modulée par un apport excessif en acides alimentaires, serait dépendante du type d’acides gras présents dans le régime. De plus, la promotion de la cancérogenèse colique par les acides gras est associée à une sous-expression de RARβ dans la muqueuse épithéliale. La supplémentation alimentaire en vitamine A prévient la promotion du cancer en permettant le maintien à la fois d’une expression adéquate du récepteur des rétinoïdes et de PPARγ et permet un maintien de taux équilibré des biomarqueurs, βcaténine et COX-2. Nos travaux expérimentaux ont été complétés par une étude chez l’Homme. Si aucune modification de l’expression des récepteurs nucléaires n’a pu être observé dans la muqueuse saine des patients en fonction de leur statut pondéral, le profil d’expression des différents isotypes des récepteurs dans les tumeurs a permis de mettre en évidence une expression différentielle des récepteurs des rétinoïdes en fonction de l’indice de masse corporelle. Nos résultats supportent l’hypothèse de dérégulations précoces de l’expression des récepteurs favorisant l’augmentation du risque de développer un cancer colorectal et plaident en faveur de l’utilisation de la vitamine A dans la prévention nutritionnelle et le traitement du cancer colorectal.

  • Titre traduit

    Modulation of nuclear receptor expression by vitamin A and fatty acids in the process of colorectal cancer : experimental and human studies


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (108 p. )
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 88-108.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : FTA 2985
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.