Apoptose des lymphocytes T CD8+ via le CXCR4 et étude d'une sous-population Iymphocytaire T CD8+ CD28INT chez des patients infectés par le VIH

par Anne-Zélie Barthod

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Georges Herbein.


  • Résumé

    Les mécanismes d'apoptose des lymphocytes T via le CXCR4 au cours de l'infection par le VIH sont mal connus. Nous avons utilisé des cellules mononuclées du sang périphérique de patients infectés par le VIH pour mesurer l'apoptose des cellules T CD4+ et des cellules T CD8+ en présence ou absence du blocage du CXCR4 par l'AMD3100. L'apoptose des cellules T CD4+ et des cellules T CD8+ peut être inhibée par le blocage du CXCR4, surtout chez les patients au stade SIDA et de manière plus faible chez les patients asymptomatiques. Le blocage du CXCR4 dépend en partie du phénotype d'enveloppe virale SI ou NSI et inhibe partiellement l'activation des lymphocytes T CD8+, induisant une diminution de leur apoptose, contrairement aux lymphocytes T CD4+. En présence de monocytes-macrophages, l'apoptose médiée par le CXCR4 cible plus particulièrement les cellules T CDS+ et de façon moindre les cellules T CD4+. Différents facteurs immunitaires et viraux jouent donc un rôle dans l'apoptose des cellules T médiée par le CXCR4 au cour de l'infection par le VIH : le phénotype CD4/CD8, le phénotype d'enveloppe virale (type de souche VIH infectante), le niveau d'activation cellulaire, et l'existence de contacts intercellulaires entre cellules T et macrophages. --- Les cellules T CD8+ fournissent une réponse immunitaire protectrice chez les patients infectés par le VIH via des mécanismes cytolytiques et des mécanismes non cytolytiques. Dans notre étude, nous avons observé que les cellules T CD8+ issues du sang périphérique des patients infectés par le VIH, expriment un spectre continu d'intensité d'expression du CD2S et peuvent être séparées en trois populations : CD8+CD28-, CD8+CD28intermédiaire, CD8+CD28high. Nous avons observé qu'en présence de monocytes-macrophages autologues, et de façon dose-dépendante, la population CD8+CD28int était plus particulièrement déplétée par l'apoptose induite par les macrophages. Nous avons donc étudié cette sous-population de cellules T CD8+CD28int comparativement aux sous-populations CD8+CD28- et CD8+CD28high. Les cellules T CD8+CD28int ont un phénotype membranaire CD27+CD45RO+CD45RA-CCR7lowCD62Lint. Elles ont des capacités prolifératives intermédiaires à celles des cellules T CD8+CD28- et CDS+CD28high et possèdent une spécificité vis-à-vis des antigènes du VIH, du CMV et de l'EBV. Les cellules T CD8+CD28int produisent de l'interferon-y et du TNF-α en réponse à une stimulation in vitro par ces mêmes antigènes peptidiques et présentent une activité cytotoxique spécifique à leur encontre. --- L'ensemble de ces résultats suggère donc la présence d'une sous-population fonctionnelle anti-virale de cellules T CD8+ exprimant le CD28 de façon intermédiaire, chez les patients infectés par le VIH. La survie de cette sous-population de cellules T CD8+ " mémoires-effectrices ", fonctionnelles et spécifiques des antigènes du VIH, du CMV et de l'EBV, est compromise par l'apoptose induite par les macrophages qui semble contribuer à la déficience de la réponse immunitaire observée chez les patients infectés par le VIH, surtout aux stades tardifs de la maladie


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (191 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 150-175 et en fin des articles

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : WH.200.DEC.2005
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.