L' entourologie : étude de la problématique de l'entourage de la personne alcoolique. Vers une réflexion autour d'un psychotraumatisme particulier et de sa prise en charge par le groupe de parole

par Jean-Marc Figard

Thèse de doctorat en Psychologie clinique et psychopathologique

Sous la direction de Patrice Cuynet.


  • Résumé

    L'objet de notre travail de recherche concerne l'entourage de la personne alcoolique que nous rencontrons dans nos groupes de parole, mis en place au CCAA de Besançon depuis dix ans. Nous entendons par entourage, les personnes qui vivent avec l'alcoolique - et donc qui sont impliquées dans le soin et la maladie de l'autre - et de qui l'alcoolique attend quelque chose en retour. Ce sera souvent la famille nucléaire immédiate : les parents et enfants, que nous avons pu rencontrer dans nos groupes de parole. L'ide��e de la construction d'une entourologie nous semble pertinente pour souligner la souffrance des proches, qui sont des " victimes " les plus souvent silencieuses à côté des malades. Nous nous sommes rendu compte, au fur et à mesure des séances de thérapie de groupes, que l'entourage était atteint d'une souffrance psychique qui lui est propre et qui nous a semblé à la fois systématique et constante sur le plan des symptômes, et donc pertinente à traiter comme telle : la maladie de l'entourage. Nous avons été interpellé par la similitude des comportements obsessifs de l'entourage du malade alcoolique, et de certains traumatisés ou victimes, suite à un choc brutal. Il s'agit ici de stress cumulés et réactionnels qui forment à la fin, un stress post-traumatique. Nous mettons en évidence un tableau clinique des troubles observés chez l'entourage immédiat, allant de l'escalade agressive, du passage à l'acte, aux somatisations les plus diverses, en nous appuyant sur nos observations cliniques. Nous avons mis en évidence, l'effet (traumatique) cumulatif du stress, dans une perspective de recherche autour du stress au quotidien. Pour nous, la maladie de l'entourage est une névrose traumatique familiale qui a des conséquences sur chacun des membres de la famille. Travail de groupe et travail en groupe, les personnes vont retrouver un sens de soi, propice à une reconstruction positive du moi et du soi familial. Le groupe permet de traiter la question de la co-dépendance, de la souffrance dépressive de l'entourage, et ouvre un chemin d'accès aux soins pour le malade alcoolique. À la fois, lieux de debriefing, d'analyse de soi et de ses comportements, c'est au sein des groupes de parole que nous proposons un soin psychique qui permet de rompre la solitude et la honte, dans un échange avec d'autres entourages qui partagent une certaine " familiarité " avec la maladie. Nous traiterons de cette étrange familiarité des symptômes partagés, en théorisant et conceptualisant ce point de vue, avec comme cadre de référence une lecture analytique groupale et familiale d'un corps narcissique familial. Pour tenter de répondre à ces différents axes de préoccupations et de recherche, nous proposerons une observation des groupes thérapeutiques (discours) ainsi qu'une analyse lexicale, syntaxique et une étude des co-occurrences sur la retranscription de trois groupes de thérapie d'entourage. Bien entendu, l'objectif final de ce travail de réflexion est de mettre en place des outils conceptuels spécifiques afin d'améliorer les soins portés aux personnes de l'entourage comme aux individus alcooliques en ouvrant à l'enrichissement des prises en charge et à d'autres compréhensions de la question alcoolique. La souffrance alcoolique en cache une autre, celle de l'entourage, qui est secrète, ignorée, honteuse. La personne proche, a une histoire à (se) raconter, un trajet de vie à poursuivre, dans une souplesse à retrouver vis à vis de l'alcoolique. L'entourage tout comme l'alcoolique, doit avoir des lieux et espaces pour exister pour lui-même, et trouver son sens de la (sa) vie, ainsi que des soins psychiques qui lui soient propres. La prise en charge de l'entourage peut donc être reconnue et comprise comme une action de soin à part entière pour l'entourage lui-même qui souffre, et aussi secondairement, comme une aide précieuse pour le malade alcoolique et son rétablissement de santé psychique.

  • Titre traduit

    The “entourologie” : study on the issue of the alcoholic's “entourage”. Towards a reflection on a specific trauma and on its handling by the speech group


  • Résumé

    The object of our project topic concerns the " entourage " of the alcoholic individual met during our speech groups created 10 years ago in the Besançon CCAA (Out patient treatment centre in alcohology). One means by " entourage " the individuals living with the alcoholic- and who are thus involved in the taking care of as well as in the disease of the alcoholic-and on whom the alcoholic relies and hopes for something in return- it will most often be the immediate nuclear family that is the parents and children met during our speech groups. The idea of creating an “entourologie” seems to us to be relevant in order to underline the suffering of the close ones who are “victims”, most often silent victims, living close to the patients. After several group therapy sessions, we have come to realise that the “entourage” was experiencing its own psychic suffering and that seemed to us to be both systematic and ongoing on the symptomatic level and thus relevant to treat as such: the “entourage”'s disease. We were struck by the sameness of the obsessive behaviours of the alcoholic's “entourage” and that of some traumatized individual or victims after a violent shock. Here we are talking about accumulated and reactive stress which form, in the end, a post-traumatic stress; using our case reports, we put the emphasis on a clinical picture of the disorders observed within the immediate “entourage” going from the aggressive escalation of the acting out to the most diverse forms of somatisation. We put the emphasis on the accumulated effect (traumatic) of the stress, in a research perspective related to daily stress. It seems to us that the disease of the “entourage” is a traumatic familial neurosis which has consequences on each member of the family. Group work and work in group, the individuals will find again a self-meaning, favourable to a positive reconstruction of their ego and of the familial selfhood. The group allows dealing with the issue of the co-dependence, it also allows dealing with the “entourage”'s depressive suffering, and finally, the group also leads the way to new treatments for the alcoholic patient. It is within the speech groups that both debriefing and analysis of the self and of its behaviours take place, and within the speech groups we also offer a psychic treatment that allows breaking down from loneliness and shame by a dialogue with other “entourage” who share some “familiarity” with the disease. We will develop on that strange familiarity of the shared symptoms of the disease, by theorizing and conceptualizing on this point of view, with, as a frame of reference, an analytic reading related to group and family of a familial narcissistic entity. To try and find answers to those different worrying and study matters, we suggest an observation of the therapeutic groups (speech) as well as a semantic and syntactic analysis and a study of the co-instances on the retranscription of three therapy groups of “entourage”. Of course, the final aim of this topic project is to set up specific conceptual tools in order to better the treatments given to the “entourage” as well as that given to the alcoholic individuals by bringing in an enrichment of the caring and other understandings on the issue of alcoholism. Behind the alcoholic suffering, another suffering is hiding, that of the “entourage”, which is secret, ignored, shameful. The individual close to the alcoholic has a story to tell (to himself), a path to follow again, a flexibility to find again towards the alcoholic. “The entourage” and the alcoholic must both find places and spaces to exist for themselves and to find a meaning to their lives, as well as their own psychic treatment. The taking care of the “entourage” can thus be acknowledged and understood as a treatment as a whole for the “entourage” itself who suffers, and also secondarily as a precious help for the alcoholic patient and for its psychic health recovery.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (VII-262, 189 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 252-262

Où se trouve cette thèse ?