Les signares dans la Sénégambie du Nord : constructions identitaires d'un groupe social : XVIIe-XXe siècles

par Aissata Kane Lo

Thèse de doctorat en Espaces, culture, société

Sous la direction de Colette Dubois.

  • Titre traduit

    Northern Senegambian signares : the makings of an identity of a social group XVIIth-XXth century


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    En se proposant de reconstituer les construcions identitaires en Sénégambie du Nord entre le XVIIe et le XXe siècle, cette recherche porte sur la "geste" et l'identité des signares. Ces Africaines ont été les compagnes des Européens exerçant dans le secteur des échanges. Saint-Louis a été le champ privilégié où se déroulent et sur près de trois siècles, différentes mutations qui permettent à ces femmes d'être présentes et actives, tant dans l'économie sous régionale, que dans la construction d'une identité originale qu'il convient de cerner. Cette identité s'est forgée au fil du temps surtout avec les femmes métisses (XVIIIe au XIXe siècles), en s'adaptant à l'évolution politique et sociale du Sénégal. Dans un contexte marqué par l'essor du commerce atlantique et de la gomme, la Crise des années 1840, enfin par l'abolition de la traite et de l'esclavage en 1848, les signares sont contraintes à abandonner leurs activités commerciales pour retourner dans leurs foyers. Commence leur déclin accentué par l'application au Sénégal du Code civil napoléonien qui restreint l'indépendance des femmes et leurs droits à la propriété. C'est alors qu'elles se reconvertissent dans le social, par l'intermédiaire de l'Eglise catholique. Au moment où elles disparaissent complètement des écrits administratifs, mais aussi de la sphère économique, la conscience collective des populations sénégambiennes garde soigneusement le souvenir de leurs réalisations et de leur identité. On assiste au cours du XXe siècle à la réappropriation de leur héritage par un groupe de femmes, les diriyankés, qui n'a aucun rapport avec le signares. Au-delà d'un paraître régulièrement entretenu par le moyen d'accessoires divers et variés, elles se distinguent dans la société sénégalaise d'aujourd'hui. De par les ambitions qu'elles affichent et profitant d'un environnement institutionnel favorable avec le vote en 1972 du code de la famille au Sénégal, elles ont de sérieures ambitions pour s'imposer dans une société, jusque-là dominée par les hommes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (525 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 391-441. Index.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque de Recherches Africaines (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T648(1,2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.