Fonctions socioculturelles et politiques du rap aux Etats-Unis de 1980 à nos jours

par Stéphane Frantz Partel

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Lionel Davidas.


  • Résumé

    En un vingtaine d'années le rap déborda le strict cadre des ghettos new-yorkais pour toucher l'ensemble de la population états-unienne. L'émergence ( le développement exponentiel du rap au sein de la société américaine surprirent les précurseurs de ce genre musical qui oeuvrèrent dans l'anonymat durant les années 1970. Le moyen d'expression qui n'était qu'un épiphénomène limité aux quartiers difficiles de New York rendit compte du contexte politique et social des années 1980. Les réductions budgétaires, la suppression des programmes sociaux ainsi que la violence des bandes armées, furen analysées par les artistes. Sur le plan culturel et médiatique, le rap qui irrita les censeurs et les néo-conservateurs fut proscrit des ondes et des chaînes télévisées avant de faire son apparition au milieu des années 1980 sur les chaînes câblées. Les compagnies multinationales collaborèrent avec des rappeurs pour vendre leurs produits à la jeunesse. Dès le milieu des années 1990 les artistes renommés étaient omniprésents dans le domaine de la publicité pour le prêt-à-porter et le sport professionnel (basket-bail, football américain). Les vidéo-clips contribuèrent à la visibilité des rappeurs en entrant littéralement dans les foyers américains. A l'instar du Jazz ou du Blues le rap fut ostracisé à cause son caractère obscène et choquant avant d'êt adopté et même approprié par la jeunesse blanche des banlieues de la classe moyenne. Cette musique qui rejetait la société américaine est incontournable à tel point que plusieurs chaînes télévisées musicales telles que MTV, BET et VH1 diffusent quotidiennement des programmes à 200 millions de téléspecteteurs à l'étranger.

  • Titre traduit

    The social, cultral and political functions of rap music in the United States of America from 1980 to today


  • Résumé

    Within 20 years rap music went out of the narrow borders of New-York ghettos to reach the whole American population. The emergence and the neve ending development of rap within America surprised the forefathers ofthis musical genre. The means of expression that was just limited to New-York ghettos dealt with the political and social context of the 1980s. Budgets cuts, the end ofwelfare and the rampant violence of gangs were also part of the topics. Ln the media and in the cultural field, rap outraged censors and neo-Conservatives and thus was forbidden before being seen on cable. Global corporations and multinational companies associated with rappers in order to sell their products to the youth. Sincc the l11id-1990s. Reno\\l1ed artists can be seen everywhere in commercials, fashion departments and professional sports. Rap video made rappers more visible and let them Iiterally enter millions of american homes. As Jazz and Blues were ostracised in their times, so was rap music bec au se of its obscene and provocative aspect. Then it was adopted and even appropriated by the white youth from the middle c1ass living in the suburbs. This music that once rejected America is now unavoidable to the point that several cable networks show daily programs watched by more than 200 viewers worlwide outside the U.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (511 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.467-495. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des Antilles et de la Guyane (Schoelcher). Service commun de la documentation. Section Martinique.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 781.6 PAR
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.